08 - Ardennes : Cocon de retraite en danger ?

Auteur : Audrey BENZAKEN, L’union L’Ardennais, 3 et 13 janvier 2012.

Familles d’accueil pour adultes / Cocon de retraite en danger ?

RETHEL (Ardennes). La famille Léger, de La Neuville- en-Taf accueille à domicile des adultes dépendants. Une alternative chaleureuse, fragilisée par une nouvelle organisation.

JPEG - 27 ko
Denis Tricot, 81 ans, a été un moment le seul « accueilli » au foyer des Léger, qui propose trois places en tout.

Il a préféré l’intimité d’un foyer à une structure spécialisée. À 81 printemps, Denis Tricot aurait pu couler ses jours en maison de retraite, mais ses voisins de chambre ont désormais 13 et 3 ans. Depuis plus d’un an, ce retraité physiquement diminué, voit grandir Emma et Nathan, les deux enfants de la famille Léger, qui l’accueille à son domicile de La Neuville-en-Tourne-à-Fuy.

En résumé, l’accueil familial Accueil familial Mode d’accueil alternatif au maintien à domicile et au placement en établissement spécialisé : les personnes handicapées ou âgées sont prises en charge au domicile de particuliers agréés et contrôlés par les conseils départementaux (ou par des établissements de santé mentale). consiste pour un particulier agréé par le conseil général (après entretien et formation initiale), à recevoir à demeure et à titre onéreux, une personne âgée ou handicapée.

Agréée depuis 2006, Anne Léger, également présidente de l’association Familles d’accueil ardennaises pour adultes, a accueilli une quinzaine de personnes de 17 à 104 ans, pour des périodes allant de quelques mois à plusieurs années.

Noël, vacances, anniversaires…

JPEG - 79.7 ko
Pas besoin de trotteuse pour le jeune Nathan, qui a appris à marcher grâce au déambulateur de Jean, accueilli par la famille Léger depuis quelques années.

« Pour pouvoir être famille d’accueil, on nous demande d’avoir une chambre d’au moins 9 m² à proposer à l’accueilli avec au minimum un point lumineux naturel, l’électricité et le chauffage. Par ailleurs, les personnes ont le droit aux mêmes aides financières que dans n’importe quelle institution », explique cette auxiliaire de vie sociale de formation, agréée pour accueillir trois personnes. « Mais au niveau de l’ambiance c’est différent, l’accueilli participe à la vie de la famille, avec Noël, les anniversaires, les sorties, les vacances… »

De quoi illuminer son quotidien. « Je me souviens de notre Agathe, qui à 104 ans insistait pour éplucher les légumes et passer le balai. Elle disait qu’elle aimait être avec nous, qu’elle se sentait utile », souligne la maman d’Anne, Françoise Saudrais.

Un avis visiblement partagé par l’actuel « accueilli » de la famille Léger.
« M Tricot n’a pratiquement plus de famille et il ne faut pas lui parler de maison de retraite. Quand est arrivé le moment, il a demandé à être hébergé en famille d’accueil, mais heureusement qu’il connaissait », note la présidente. « C’est un mode alternatif très méconnu. Le département se lave les mains de nous fournir des personnes. Il nous donne l’agrément, mais sinon on se débrouille. C’est d’ailleurs pour ne pas sentir complètement seuls qu’on a créé l’association. »

Ce mode d’accueil se raréfie ainsi d’année en année, et la situation ne promet pas de s’améliorer (voir ci-dessous).

« L’année dernière, l’association regroupait 59 familles à travers le département et cette année nous ne sommes plus que 48 », note Anne Léger. « Bien sûr, toutes les familles d’accueil des Ardennes ne sont pas membres de l’association, mais c’est tout de même représentatif. Comme pour les accueillants pour enfants, il y a beaucoup de départs en retraite. La moyenne d’âge des personnes agréées tourne d’ailleurs autour de 65 ans. »
Et la présidente ne cache pas que son « métier », non reconnu en tant que tel, n’est pas de tout repos.

Avantages et inconvénients

« On ne cotise pas aux Assedic donc le jour où on n’a pas de demande, c’est la grosse bulle », indique Anne Léger. « Par ailleurs, l’accueil d’une personne 24 h/24* ça représente 700 euros par mois. Donc pour pouvoir vivre correctement, il faut que je puisse au moins en accueillir deux. »

Le quotidien de la famille doit aussi forcément s’adapter.
« Tout le monde n’est pas capable d’accueillir. On laisse des personnes entrer dans l’intimité de la famille. Il n’est pas rare qu’on se réveille la nuit, parce que certains ont parfois le sommeil perturbé. Les miens sont habitués maintenant pour eux c’est normal, mais les enfants doivent partager l’attention. D’un autre côté les personnes accueillies sont tout le temps à la maison et peuvent aider pour les devoirs », décrit Anne Léger. « Il y a des avantages et des inconvénients. Bien sûr on s’attache aux gens, mais on accueille en sachant que les gens partiront, soit parce qu’ils le veulent soit parce qu’ils meurent. Mais ils ne partent pas seuls. »

Audrey BENZAKEN

*Notons que les personnes agréées peuvent prévoir un accueil aménagé, uniquement le week-end par exemple, dans le contrat de gré à gré. « Mais pratiquement toutes les personnes agréées accueillent à temps plein dans les Ardennes », précise Anne Léger.

Renseignements auprès de l’association FAAA, tél. 03.24.38.96.07 ou auprès du conseil général et sur http://www.famidac.fr

Service au rabais

Bouleversement en vue dès ce mois de janvier 2012 pour les Familles d’accueil d’adultes dépendants. Jusqu’ici ce mode de placement en foyer agréé était géré par le service « accueil familial pour personnes âgées et personnes handicapées », basé à la Direction des solidarités du conseil général des Ardennes. Or ce service vient d’être restructuré.

« Les deux travailleurs sociaux (*) chargés des agréments et du suivi des familles d’accueil seront « recasés » bon gré mal gré sur d’autres missions. Les dossiers en cours seront répartis sur les quatre territoires d’action sociale et seront traités par les quatre futurs coordinateurs gérontologiques », indique la CGT 08 sur son blog. « On va donc passer pour cette mission de deux temps pleins à quatre professionnels, qui vont au mieux consacrer un quart de leur temps à ces suivis ; soit un temps plein perdu (CQFD) ! Cela signifie concrètement qu’il y aura moins de suivis de ces familles, des situations plus dégradées et moins voire plus du tout de nouveaux agréments. »

De quoi sérieusement fragiliser, selon les principaux intéressés, ce mode d’accueil déjà méconnu.

« On a tout de même obtenu des avancées notamment sur les formations obligatoires mais le conseil général vote des choses pour nous sans savoir de quoi il retourne », ajoute Anne Léger, présidente de l’association Familles d’accueil ardennaises pour adultes, qui ne demande qu’à travailler avec le conseil général. « Non seulement les quatre coordinateurs gérontologiques travailleront chacun sur un secteur du département sans réelle coordination entre les secteurs. Par ailleurs, nous n’accueillons pas que des personnes âgées. »

Le conseil général reste muet

« Ce type d’accueil est essentiel pour les personnes qui ne peuvent ou ne souhaitent plus vivre seules à leur domicile et préfèrent un lieu de vie familial à un hébergement en établissement », précise la CGT 08. « À l’heure où de nombreux départements développent ce mode d’accueil (Le Nord, le Rhône, la Loire-Atlantique, l’Ain, les Alpes-Maritimes, le Puy-de-Dôme…) ; le conseil général des Ardennes signe sa fin ! Il s’était pourtant engagé officiellement dans le schéma départemental 2008-2012 à développer fortement ce service. »

Contactés voilà près de deux semaines, les services du conseil général n’ont, semble-t-il, pas jugé utile de commenter cette situation.

* L’un des deux travailleurs sociaux devait être muté dès le 2 janvier, tandis que le second sera chargé de la liaison avec les quatre futurs coordinateurs.


http://www.lunion.presse.fr/article/autres-actus/accueil-familial-le-conseil-general-repond-aux-critiques-cap-sur-la-proximite - vendredi 13 janvier 2012

Accueil familial : le conseil général répond aux critiques

Cap sur la « proximité »

Accusé de fragiliser le dispositif, le conseil général se pose en défenseur d’un accueil familial pour adultes dépendants « plus proche » des familles visées.

« Le service n’a pas été dispersé aux quatre vents, bien au contraire ! » C’est en résumé le message du conseil général des Ardennes à propos de l’accueil familial adulte.

Rappelons que ce dispositif offre une alternative entre le maintien à domicile et l’hébergement en établissement, pour la prise en charge des adultes dépendants. Les personnes âgées (plus de 60 ans) ou handicapées ne relevant pas d’un accompagnement en maison d’accueil spécialisée ont ainsi la possibilité d’être accueillies au domicile de particuliers n’appartenant pas à leur famille, moyennant une rémunération.

Côté pratique, « le président du conseil général délivre les agréments des familles d’accueil et organise la formation des accueillants ainsi que l’accompagnement et le soutien médico-social des accueillants et des personnes accueillies », précise Yann-Yves Biffe, directeur de la communication du CG 08.

« A la rencontre des familles »

Toutefois, en ce début 2012, la réorganisation du dispositif n’a pas manqué d’inquiéter autant les familles d’accueil que le syndicat CGT du conseil général, qui pointent une fragilisation de ce mode alternatif (voir notre édition du 3 janvier 2012). Des craintes non fondées selon le Département.

« Le Conseil général des Ardennes se réorganise pour être plus proche des accueillants et accueillis et faire connaître cette offre de prise en charge », assure le directeur de la communication du CG 08. « L’accueil familial adulte est une solution d’avenir pour le conseil général qui souhaite développer cette formule, ainsi qu’affirmé dans le schéma départemental pour la préservation de l’autonomie des personnes âgées et des personnes handicapées des Ardennes. »

« En ce sens, en 2012, la mission Accueil familial est réorganisée pour qu’elle soit gérée au plus proche des territoires pour la partie instruction sociale des demandes d’agrément et d’accueil, ainsi que pour le suivi médico-social des accueillis », continue Yann-Yves Biffe.

« Quatre personnes vont assurer cette action au sein des missions Personnes âgées-Personnes handicapées des quatre délégations Territoriales : Nord Ardennes Thiérache à Rocroi, Centre Ardennes à Villers-Semeuse actuellement puis à la Maison de l’Autonomie à Charleville-Mézières, Sedanais à Sedan, Sud Ardennes à Vouziers. »

Face aux critiques relevant qu’on passe pour cette mission « de deux temps pleins à quatre professionnels qui vont au mieux y passer un quart de leur temps, soit un temps plein perdu », le conseil général oppose une analyse bien différente. « Ces agents seront plus en capacité d’aller à la rencontre des familles accueillantes et des personnes accueillies, sur le terrain. Par ailleurs ils seront déchargés des tâches administratives pour se concentrer sur cette relation car l’élaboration et la planification des formations des accueillants, l’organisation des commissions d’agrément et de retrait d’agrément continueront à être gérées de façon centrale au sein de la Politique Sociale Personnes Agées - Personnes handicapées place Churchill à Charleville-Mézières. »

Que du positif, à en croire le Département. À se demander pourquoi une telle divergence de points de vue avec les principaux intéressés, puisque tous les acteurs semblent vouloir aller dans le même sens… Restera donc à voir à l’usage, l’évolution du suivi des familles et des agréments.

Un accueil rémunéré

Le Conseil général qui agrée les familles d’accueil rappelle le cadre de ce dispositif alternatif.

« L’accueil familial est une activité rémunérée, reconnue par la Loi du 17 janvier 2002 et réglementée par le Code de l’Action Sociale et des Familles.

Pour devenir famille d’accueil, il faut d’abord vouloir offrir un cadre de vie chaleureux et sécurisant au sein de son foyer et être disponible et motivé pour assurer le bien-être de personnes âgées ou handicapées.
Afin d’obtenir l’agrément nécessaire pour devenir famille d’accueil, il faut au préalable adresser une lettre de candidature au Président du Conseil Général et remplir un dossier administratif.

Ensuite a lieu une évaluation par l’équipe médico-sociale portant sur les conditions matérielles de l’accueil, la motivation de la demande, l’aptitude à offrir des conditions d’accueil qui garantissent la protection de la santé et le bien-être physique et moral des personnes accueillies et les solutions de remplacement proposées en cas d’absence.

L’agrément est délivré par le Président du Conseil Général, après examen par la commission d’agrément qui rend un avis, pour une durée de 5 ans et permet d’accueillir d’une à trois personnes selon les situations. L’accueil en lui-même est réglé par un contrat d’accueil conclu entre l’accueillant familial et la personne accueillie ou son représentant légal. Le contrat est rédigé individuellement pour chaque accueil et précise les conditions financières de l’accueil et la rémunération de l’accueillant familial, rappelle les droits et obligations matérielles et morales de chacun.

« Modalités d’attribution »

La personne âgée ou handicapée est l’employeur de l’accueillant familial, elle doit la rémunérer et s’acquitter des charges Urssaf. Elle peut bénéficier de l’allocation personnalisée d’autonomie en fonction de sa dépendance ou de la prestation de compensation du handicap, de l’aide personnalisée au logement sous respect des modalités d’attribution, de l’aide sociale sous conditions de ressources.

La rémunération d’un accueillant se compose de différents éléments et représente un salaire de base d’environ 1 483 € pour un accueil à temps plein. »

Sur ce dernier point, l’association Familles d’accueil ardennaises pour adultes précise que ce montant comprend « environ 700 euros de frais de logement et d’entretien (tels que la nourriture) qui ne peuvent pas être considérés comme une part de salaire ».

Pour tout renseignement, contacter le conseil général, Politique sociale personnes âgées-personnes handicapées, direction des solidarités au 03.24.36.63.24.

Post Scriptum

A suivre, sur la page de l’association F3A

Cliquez ici pour en savoir plus sur l’accueil familial dans ce département.

Dernière mise à jour : mercredi 27 mars 2013

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui mesurent la fréquentation de ce site et vous permettent de le partager sur les réseaux sociaux.

Association Famidac © 1998-2016. Reproductions partielles autorisées avec la mention "Source : famidac.fr"
Qui sommes-nous ? | Adhésion | Merci de nous signaler toute erreur ou anomalie | Site réalisé avec SPIP

11 visiteurs (dont 7 sur le forum)

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui mesurent la fréquentation de ce site et vous permettent de le partager sur les réseaux sociaux.

Association Famidac © 1998-2016. Reproductions partielles autorisées avec la mention "Source : famidac.fr"
Qui sommes-nous ? | Adhésion | Merci de nous signaler toute erreur ou anomalie | Site réalisé avec SPIP