2003 : Cantal : Entre domicile et maison de retraite...

Auteur : Renaud Saint-André, L’UNION du Cantal, 5 novembre 2003

Structure d’accueil familial Accueil familial Mode d’accueil alternatif au maintien à domicile et au placement en établissement spécialisé : les personnes handicapées ou âgées sont prises en charge au domicile de particuliers agréés et contrôlés par les conseils départementaux (ou par des établissements de santé mentale).  : Entre domicile et maison de retraite

La formule est nouvelle. Ce n’est plus du maintien à domicile, ce n’est pas encore la maison de retraite : la structure d’accueil familial pour personnes âgées se situe entre les deux. Elle a pour objectif de permettre à une personne âgée seule ou à un couple de rester dans sa commune d’origine (ou non loin de là) dans une maison spécialement aménagée, où une famille d’accueil se charge de toutes les tâches quotidiennes. La première vient d’ouvrir à titre expérimental à Velzic.

Comme à la maison...

Mme Sallat, 96 ans, y partage désormais la vie de Monique Izoulet qui veille sur elle avec sollicitude. Un premier exemple, avant Neuvéglise, Saint-Santin-de-Maurs et Anglards de Salers, actuellement à l’étude.

Le principe, né de la volonté du Conseil général, et notamment de MM. Mézard et Coussain, répond à une réelle demande. Celle de personnes vivant dans une maison isolée, recherchant un peu de compagnie et prêtes à rejoindre un bourg. Prêtes aussi à partager la vie d’une famille, sa table, quelques sorties, accompagner aux courses, etc.

... mais spécialement conçue

Dans une grande maison, deux appartements indépendants de type 3 et 4 sont occupés à l’étage par les familles d’accueil rémunérées.

Au rez-de-chaussée, six studios offrent une certaine indépendance aux pensionnaires qui profitent cependant d’un vaste séjour/salle à manger commun. C’est là que les repas sont partagés par tous, ainsi que des après-midi récréatives (jeux de société, télévision, etc).

Les personnes âgées peuvent également, si elles le souhaitent et si leur forme les y autorisent, aider à la confection du repas ou au ménage des parties communes. Des activités sont également partagées, plusieurs fois dans l’année, avec des pensionnaires de maison de retraite, des jours de fête par exemple.

“Si un jour leur état de dépendance est tel que rejoindre un établissement de ce type devient une nécessité, l’intégration sera bien plus aisée”, pense André Monsérat, directeur des Cités cantaliennes de l’automne qui gèrent ces structures.

Post Scriptum

Pour en savoir plus : voir un article plus complet sur Les Cités cantaliennes de l’Automne

Dernière mise à jour : mercredi 12 janvier 2011

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui mesurent la fréquentation de ce site et vous permettent de le partager sur les réseaux sociaux.

Association Famidac © 1998-2016. Reproductions partielles autorisées avec la mention "Source : famidac.fr"
Qui sommes-nous ? | Adhésion | Merci de nous signaler toute erreur ou anomalie | Site réalisé avec SPIP

16 visiteurs (dont 8 sur le forum)

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui mesurent la fréquentation de ce site et vous permettent de le partager sur les réseaux sociaux.

Association Famidac © 1998-2016. Reproductions partielles autorisées avec la mention "Source : famidac.fr"
Qui sommes-nous ? | Adhésion | Merci de nous signaler toute erreur ou anomalie | Site réalisé avec SPIP