Le placement en famille d’accueil pour les personnes âgées est une solution encore peu connue dans le Gers. Ils sont pourtant 88 accueillants dans le département.

Deux mamies qui jouent aux cartes avec les enfants, on pourrait croire qu’il s’agit d’une famille comme les autres. Pourtant, chez les Dhelin, il s’agit de pensionnaires qui ont choisi d’intégrer leur foyer, comme alternative à la maison de retraite.

« On est en famille, on y est bien », raconte Odette, 99 ans. Elle a rejoint la maison des Dhelin à Montestruc il y a cinq ans. Sa soeur Jeannette, 93 ans, l’a retrouvée dès qu’une place s’est libérée. « Cela a été difficile de quitter ma maison, mais au bout d’un moment, on n’a pas le choix. Je préférais venir ici que d’aller en maison de retraite », explique Jeannette.

De la toilette aux repas, Linda Dhelin s’occupe de ses trois pensionnaires 7 jours sur 7, et reste en alerte 24 heures sur 24. Moyennant finances bien sûr, mais pour un coût souvent inférieur à une maison de retraite.

Josiane, 71 ans, est la dernière arrivée. Elle a été placée là par ses enfants, qui avaient vu une petite annonce de Linda. « Je suis bien contente d’être là. J’aime l’ambiance familiale. »

Jeannette, Odette et Josiane possèdent chacune leur chambre et leur salle de bains aménagées. Elles partagent le quotidien du couple et de leurs trois enfants. Ce qui ne gâche rien selon Jeannette qui apprécie beaucoup leur compagnie : « Les enfants, c’est plein de vie. Et en plus ils sont très gentils. »

Un travail à plein-temps

Famille d’accueil est un véritable métier qu’a choisi Linda Dhelin il y a dix ans pour pouvoir subvenir aux besoins de son foyer, tout en s’occupant de ses enfants. « Mais au-delà de l’aspect financier, je pense qu’il faut avoir une véritable vocation pour être accueillant. Nous sommes responsables de la santé physique et morale de nos pensionnaires. C’est un travail à plein-temps », explique-t-elle. Un travail très contrôlé par le Conseil général qui délivre les agréments aux familles.

Venue du département du Nord, Linda s’étonne d’avoir du mal à trouver des pensionnaires. L’accueil familial Accueil familial Mode d’accueil alternatif au maintien à domicile et au placement en établissement spécialisé : les personnes handicapées ou âgées sont prises en charge au domicile de particuliers agréés et contrôlés par les conseils départementaux (ou par des établissements de santé mentale). , peu connu dans le Gers, est pourtant monnaie courante dans sa région d’origine.

« Je pense que les gens ne sont pas assez informés mais aussi que les familles culpabilisent de laisser des parents à une autre famille. C’est pourtant la même chose que de les laisser en maison de retraite, si ce n’est que l’accueil est plus chaleureux, personnalisé. Nous servons aussi de relais familial. »

Même si elle parle de travail, Linda ne cache pas que des liens se tisent avec ses pensionnaires. « On est souvent confronté aux décès. Notre rôle est de les accompagner jusqu’au bout, afin qu’ils aient une belle et digne fin de vie. Je fais de mon mieux, le principal pour moi est qu’ils ne souffrent pas. »

Des liens se créent aussi avec les familles. Certaines continuent de leur rendre visite même après la disparition de leurs parents. Une marque de gratitude envers la famille accueillante.

Marion Lagravère

> consulter la version originale de cet article sur Sud-Ouest.com

INFORMATIONS PRATIQUES.

L’accueil familial dans le Gers

Les 88 accueillants familiaux accueilant familial
accueillants familiaux
Agréés pour prendre en charge à leur domicile des personnes âgées ou handicapées adultes n’appartenant pas à leur propre famille, les accueillants familiaux proposent une alternative aux placements en établissements spécialisés.
sont répartis sur tout le département. Ils s’occupent de personnes âgées de plus de 60 ans ou handicapées, et proposent une formule intermédiaire entre le maintien à domicile et l’accueil en établissement.

Les pensionnaires utilisent leurs ressources personnelles pour payer mais peuvent bénéficier d’aides sociales comme les allocations logement ou l’Allocation personnalisée d’autonomie. Le coût varie entre 1 200 et 1 800 euros.

Les accueillants sont entourés par du personnel hospitalier et suivent des formations afin de s’occuper des pensionnaires en toute sécurité. Ils sont contrôlés régulièrement par le Conseil général et doivent répondre à un certain nombre de critères pour obtenir l’agrément leur permettant d’exercer en toute légalité.

Pour plus d’informations, l’Association gersoise des accueillants familiaux au 05 62 69 23 07 ou le Conseil général au 05 62 67 42 64.

Dernière mise à jour : mercredi 12 janvier 2011

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui mesurent la fréquentation de ce site et vous permettent de le partager sur les réseaux sociaux.

Association Famidac © 1998-2016. Reproductions partielles autorisées avec la mention "Source : famidac.fr"
Qui sommes-nous ? | Adhésion | Merci de nous signaler toute erreur ou anomalie | Site réalisé avec SPIP

22 visiteurs (dont 13 sur le forum)

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui mesurent la fréquentation de ce site et vous permettent de le partager sur les réseaux sociaux.

Association Famidac © 1998-2016. Reproductions partielles autorisées avec la mention "Source : famidac.fr"
Qui sommes-nous ? | Adhésion | Merci de nous signaler toute erreur ou anomalie | Site réalisé avec SPIP