Famidac.fr

Famidac, l'association des accueillants familiaux
et de leurs partenaires

2017 - Moselle : familles pour personnes dépendantes

Auteur : Hélène Assekour, Le Républicain Lorrain, 26 mars 2017.

L’accueil familial Accueil familial Mode d’accueil alternatif au maintien à domicile et au placement en établissement spécialisé : les personnes handicapées ou âgées sont prises en charge au domicile de particuliers agréés et contrôlés par les conseils départementaux (ou par des établissements de santé mentale). pour personnes âgées ou handicapées permet d’éviter l’hébergement en institution, mais demande un vrai engagement des accueillants comme Martine Nimeskern, qui exerce ce métier depuis 2015.

« Avant, j’étais animatrice dans un hôpital, mais je ne supportais plus la structure. Je trouvais qu’on n’arrivait plus bien à s’occuper des gens. » C’est pour continuer à « s’occuper des gens » dans un autre cadre que Martine Nimeskern a décidé de devenir accueillante familiale à titre onéreux, un statut soumis à un agrément délivré par le conseil départemental.

Sylvie et Charly en plein bricolage sous le regard de leur accueillante Martine Nimeskern. Photo Karim SIARI

À la maison aujourd’hui avec elle, Charly et Sylvie, tous deux porteurs de handicap mental, décorent avec colle et bouts de papier colorés l’une un cadre, l’autre une boîte à mouchoirs, attablés dans la salle à manger. Sans proche pour les prendre en charge dans de bonnes conditions, et plutôt que de se retrouver dans des établissements spécialisés, ils vivent depuis environ deux ans au domicile de Martine Nimeskern, dans cette grande maison de Charleville-sous-Bois. Contre environ 1 450 € par personne accueillie, dont la moitié en salaire, la mère de famille assure leur hébergement et leur bien-être.

À l’étage, chacun d’entre eux a sa propre chambre avec, accroché à la porte, un petit tableau noir où leur nom est écrit à la craie. Espace, lumière et personnalisation, on est loin des chambres d’hôpital. Dans celle de Charly, un orgue électronique. « Mon père était musicien » explique-t-il. Les deux sont parfaitement rangées. C’est que Charly et Sylvie y font le ménage une fois par semaine : l’emploi du temps de la maisonnée est bien rodé. « Le matin, on les réveille, on prend le petit-déjeuner, puis ils font une marche de cinq kilomètres, raconte Martine Nimeskern. Après le repas, on va se promener au village ».

Les mercredis, le programme est un peu différent : fast-food le midi et activités créatives l’après-midi, avec quelques enfants et l’autre famille accueillante du village. Et tout au long de l’année, sorties au zoo, au restaurant, à la piscine, au cinéma ou encore au bowling. Le groupe est même allé à Europapark en Allemagne l’année dernière. Une richesse d’activités que les institutions peuvent rarement se permettre, et qui ravit Sylvie et Charly.

Mais si le dispositif enchante les personnes accueillies, il souffre d’un déficit d’image. « Tout le monde me disait "mais t’es folle, ne fais pas ça, tu vas être enfermée, tu ne vas pouvoir rien faire" », raconte Martine Nimeskern. L’accueil familial est effectivement un engagement de tous les instants, même si avoir la possibilité d’être remplacé est obligatoire pour obtenir l’agrément. Martine Nimeskern, elle, prend ses congés lorsque Charly et Sylvie partent en vacances, deux fois par an. Le reste du temps, les deux accueillis sont totalement intégrés au foyer. Sans être perçus comme une présence envahissante.

« Il y a quand même des moments où ils vont dans leur chambre regarder la télé. Ils ont leur vie, on a la nôtre. » Condition indispensable à la réussite de l’accueil, toute la famille, du mari aux quatre enfants, a approuvé le projet. Jusqu’à être source d’inspiration : la fille de Martine Nimeskern compte désormais devenir accueillante à son tour.

Hélène ASSEKOUR.

P.-S.

Consultez la version originale de cet article sur Le Républicain !