44 - Loire Atlantique : accueil familial de jour chez Céline

Presse Océan, 31 mars 2012 (auteur : Sophie Trébern, ) et Ouest France, 9 décembre 2011

Indre : Céline Courally-Patey vient d’ouvrir un accueil familial Accueil familial Mode d’accueil alternatif au maintien à domicile et au placement en établissement spécialisé : les personnes handicapées ou âgées sont prises en charge au domicile de particuliers agréés et contrôlés par les conseils départementaux (ou par des établissements de santé mentale). de jour chez elle

Pas une nounou

Aide soignante de formation, elle accueille les personnes âgées et handicapées à son domicile.

JPEG - 46.1 ko
Yvette et Céline Courally-Patey

Dans la maison ensoleillée avec vue sur la Loire, Yvette et Céline sont concentrées sur leur partie de dames. « Je ne saurais vous dire mon âge car j’ai quelques trous de mémoire », sourit gentiment Yvette. Mais la règle du jeu, ça, elle ne l’a pas oublié. « C’est même elle qui me l’a apprise », souligne Céline.

Stimuler les personnes pour préserver leur autonomie

L’une a 88 ans, l’autre 31. Depuis fin janvier, Yvette passe deux jours par semaine chez Céline Courally-Patey. Elles font leur marché, déjeunent, vont chercher les enfants à l’école...

Pas de lien de parenté, pourtant, entre les deux complices : « Je suis accueillante familiale de jour : je reçois chez moi et à la journée jusqu’à trois personnes âgées et adultes handicapés. » Une sorte de nounou pour un nouveau public... « Je n’aime pas trop le raccourci : à la différence d’une assistante maternelle, il y a un projet d’accueil individualisé et un suivi social, avec une éducatrice spécialisée... »

L’idée est de stimuler les personnes pour préserver leur autonomie mais aussi de permettre un peu de répit aux familles. Yvette, qui vit avec son fils à Brains, en est ravie : « Je n’irai pas chez n’importe qui : elle cherche toujours à me faire plaisir. Et puis il y a les poulettes ! » Les deux filles de Céline. « Cela maintient le lien social, souligne l’accueillante, et des automatismes se remettent en place. »

Le dispositif, idéal en début de dépendance, est très récent. « Aide soignante de formation, je l’ai découvert il y a un an. » Elle avait adoré travailler dans les services de soins infirmiers à domicile et ne souhaitait pas exercer en maison de retraite.

« Moins contraignant qu’une création d’accueil de jour. Ici, l’individu reste au cœur du projet. » Reste maintenant à faire connaître le dispositif : « Le besoin est énorme mais pour l’instant, la demande est faible. » Céline peut encore accueillir deux personnes. L’appel est lancé.

Sophie Trébern

Un dispositif innovant

Mode d’emploi. Le dispositif a été lancé à titre expérimental à Herbignac en mai 2010. Il en existe actuellement trois autres en Loire-Atlantique (Fercé, Indre, La Plaine-sur-Mer). « Ce dispositif permet de diversifier l’offre d’accueil des personnes », souligne la conseillère générale Chantai Leduc-Bouchaud. Le département délivre les agréments : « Parmi les critères pris en compte, la formation ». Un contrat est signé entre la famille et l’accueillant. Sachant que l’accueilli doit remplir un dossier économique et médical envoyé au conseil général.

Contact : Céline Courally-Patey, tél. 09.54.88.97.47 ou 06.88.02.89.37

L’accueil, charges incluses et aides déduites (pour bénéficiaires de l’APA revient à 32 € la journée.


Ouest France, 9 décembre 2011

Céline accueille chez elle les personnes âgées

Que faire face à la dépendance, quand on est vieux : rester chez soi malgré les risques, aller en maison de retraite ? Une aide-soignante inaugure un nouvel accueil de jour à domicile.

Céline Courally-Patey va bientôt accueillir chez elle à Haute-Indre, en journée, des personnes âgées : une formule toute nouvelle et encore expérimentale. Aide-soignante en soins à domicile, elle souhaitait un « projet plus motivant ». Elle a obtenu l’agrément du conseil général pour accueillir trois personnes âgées ou adultes handicapés.

C’est le troisième agrément accordé dans le département : « C’est une toute nouvelle formule d’accueil. J’ai obtenu l’autorisation il y a un mois et demi. » Elle a fait son choix : quitter son emploi pour créer ce projet. « Je suis salariée des personnes que j’accueille. »

Bouffée d’air et stimulation

« C’est une démarche sociale apportant une réponse à la solitude, au maintien du lien avec la vie en société. Une sorte de bouffée d’air, de repos et de calme en même temps qu’un moment de stimulation relationnelle, une ouverture vers le monde environnant. » Une aide qui s’adresse également « aux aidants, » membres de la famille ou pas, qui parfois s’épuisent physiquement et mentalement dans l’accompagnement de leur proche dépendant.

« Je vais leur proposer des activités en fonction de projets individualisés, de leurs envies, de leurs capacités... » Ateliers mémoire ou de motricité, sorties, cuisine éviteront aux « pensionnaires » une inactivité qui favorise la dépendance.

39,99 € par jour

Personnes isolées, souffrantes, handicapées physiques ou mentales, couples peuvent trouver chez Céline un accueil qui correspond à leurs besoins. Les limites seront définies en fonction des capacités et des réactions des personnes à vivre « dans un espace familial. »

Accueillir à son domicile résulte, on effet, d’une décision de famille, conjoint et enfants. Céline a deux entants, de neuf et quatre ans : « Ils vont à l’école, et mangent à la cantine. Mais ils seront là en fin d’après-midi et le mercredi. »
Le contact entre générations, enrichissement supplémentaire !

Des équipements ont été nécessaires pour accueillir les personnes âgées : rampe d’accès, agrandissement de la maison, fauteuil relax... Céline connaît bien les problèmes inhérente à cette activité. Les difficultés de transport ? Elle accepte d’assurer les conduites. Le rythme de l’accueil ? cela s’établit en fonction de la ddemande et des besoins mais au moins une fois par semaine, « pour apprendre à se familiariser ».

Le coût ? 39,99 € par jour. Ce tarif est imposé par le conseil général. Le soutien de l’Apa - 18,60 € - vient
en déduction. Céline devrait parvenir à se dégager « un petit salaire, à peu près le même que quand je travaillais en institution ».

L’accueil de jour comprend le repas du midi, les goûters, les activités, tous les jours de la semaine, sauf le week-end.

Contact : Céline Courally-Patey, 9 rue Joseph Tahet, 44610 Indre. Tél. 09.54.88.97.47 ou 06.88.02.89.37 ou courriel : c_courally(arobase)yahoo.fr

Post Scriptum

Voir également, sur notre forum, le sujet "Accueil familial de jour"

Cliquez ici pour en savoir plus sur l’accueil familial dans ce département.

Dernière mise à jour : mercredi 27 mars 2013

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui mesurent la fréquentation de ce site et vous permettent de le partager sur les réseaux sociaux.

Association Famidac © 1998-2016. Reproductions partielles autorisées avec la mention "Source : famidac.fr"
Qui sommes-nous ? | Adhésion | Merci de nous signaler toute erreur ou anomalie | Site réalisé avec SPIP

15 visiteurs (dont 8 sur le forum)

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui mesurent la fréquentation de ce site et vous permettent de le partager sur les réseaux sociaux.

Association Famidac © 1998-2016. Reproductions partielles autorisées avec la mention "Source : famidac.fr"
Qui sommes-nous ? | Adhésion | Merci de nous signaler toute erreur ou anomalie | Site réalisé avec SPIP