Âges & Vie : des locataires co-employeurs de leurs aides à domicile.

Source : La lettre mensuelle de Mairie-conseils n° 214, Décembre 2008, page 2

Rencontre avec Pierre Contoz, maire de Montfaucon,
1500 habitants dans le Doubs

Une solution exemplaire pour l’accueil des personnes âgées

Montfaucon est un bourg situé sur la plus haute colline du premier plateau jurassien, tout près de Besançon, à vol d’oiseau. Son maire, Pierre Contoz, raconte volontiers l’histoire de la réflexion qui a conduit au montage du projet : “ Jusqu’à une date récente, dit-il, les communes s’intéressaient plus à la construction d’écoles ou de crèches qu’au vieillissement de la population ”. Jusqu’à ce que des administrés de plus en plus nombreux posent la question à leur maire : “ Je veux vieillir ici chez moi, comment je vais faire ? ”.

Il raconte aussi son amitié avec Paulette Guinchard, députée du Doubs et adjointe au maire de Besançon, au moment où lui terminait sa carrière d’ingénieur en chef de la ville. Elle fut secrétaire d’État aux personnes âgées et y créa l’Allocation personnalisée à l’autonomie (APA) qui rend depuis lors de si grands services aux personnes âgées dépendantes. Deux membres de son cabinet, originaires du Doubs, ont créé par la suite une société spécialisée dans l’aide aux personnes âgées dépendantes, Âges & Vie. Ils ont réfléchi avec Pierre Contoz, lui ont parlé des Villa Family qui se développaient dans le Sud et dans lesquelles des familles accueillent deux ou trois personnes âgées.

Mais l’aspect lucratif de la formule ne plaisait guère au maire de Montfaucon. Avec son conseil municipal et deux collègues d’Âges & Vie, ils ont finalement imaginé un concept d’accueil totalement différent : six studios au rez-de-chaussée d’une très grande maison particulière construite en L, sont loués à six personnes âgées dépendantes. Elles sont locataires d’un espace privé de 30 m² comportant une chambre et une salle de bains, et sont colocataires de la grande salle de séjour, de la cuisine et des communs.

À l’étage, 3 T4 sont loués à des aides à domicile et leur famille, coemployées par les locataires du rez-de-chaussée. Elles ont le statut d’employée de maison, sont présentes 24 heures sur 24, et tiennent des permanences à tour de rôle pour faire le ménage, la cuisine, tenir compagnie aux locataires, gérer le budget de la maison commune.

Le prix des loyers du rez-de-chaussée comme de l’étage sont modérés, bien que le propriétaire ne soit pas une société d’HLM, mais une société d’investisseurs qui a signé un “bail à construction” (La commune sera propriétaire du bâtiment en 2049). Le groupement d’employeurs formé par les personnes âgées est le gestionnaire officiel de la maison, le gestionnaire de fait étant un deuxième collège de l’association composé d’élus municipaux, de la présidente de l’association des familles et d’un jeune gériatre de Besançon.

La pension et le loyer, tout compris coûtent 1.500 € par mois et par personne, avant APA. C’est donc moins cher que n’importe quelle maison de retraite. Et ici, les personnes sont chez elles, font appel à leur médecin habituel si nécessaire, prennent les repas préparés par “leur” personnel dans une salle qui ressemble au séjour d’un grand pavillon tout neuf. Les baies vitrées donnent sur une pelouse, juste à côté de l’école primaire et de la salle des fêtes.

Le groupement d’employeur a même décidé de créer une caisse mutuelle pour payer le loyer d’une des locataires pendant un éventuel séjour à l’hôpital. Cette caisse est abondée par la partie subventionnée du salaire d’une des trois salariés, en Emploi Tremplin.

Réfléchi en 2004, le projet à abouti en juillet 2008, après deux ans de travaux. Au total, la construction et l’aménagement auront coûté 700.000 € fournis par les 8 propriétaires ayant pris des parts dans une société d’investissement proche d’une banque locale. Ils encaissent le loyer et la défiscalisation jusqu’à l’expiration du bail à construction, dans 40 ans. La commune a fourni le terrain, a remboursé les taxes de raccordement et la Taxe locale d’équipement (TLE), a contribué à aménager les abords et s’est engagée à les entretenir. Au total, sa dépense est d’environ 70.000 € seulement.

Le concept est extrêmement judicieux et n’a pas tardé à faire école avant même son ouverture. Neuf autres équipements du même type sont en construction dans le Doubs et depuis l’ouverture, des élus de Bretagne, de la Creuse, de la Drôme, ont visité la maison d’accueil de Montfaucon.

Contact : Mairie de Montfaucon,

  • tél. 03.81.81.45.71
  • mairie.montfaucon(arobase)wanadoo.fr

Cliquez ici pour consulter cet article en VO (format PDF)

Post Scriptum

Note de Famidac : Voilà enfin une solution, à mi-chemin entre l’accueil familial "intégré" et les familles gouvernantes, où une "accueillante" ne se retrouve pas seule à s’occuper de 6 personnes dépendantes pendant les congés de sa collègue !

Pour en savoir plus, voir le site www.agesetvie.com/

Pour réagir à cet article, servez-vous de notre forum

Dernière mise à jour : mercredi 13 janvier 2010

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui mesurent la fréquentation de ce site et vous permettent de le partager sur les réseaux sociaux.

Association Famidac © 1998-2016. Reproductions partielles autorisées avec la mention "Source : famidac.fr"
Qui sommes-nous ? | Adhésion | Merci de nous signaler toute erreur ou anomalie | Site réalisé avec SPIP

10 visiteurs (dont 6 sur le forum)

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui mesurent la fréquentation de ce site et vous permettent de le partager sur les réseaux sociaux.

Association Famidac © 1998-2016. Reproductions partielles autorisées avec la mention "Source : famidac.fr"
Qui sommes-nous ? | Adhésion | Merci de nous signaler toute erreur ou anomalie | Site réalisé avec SPIP