Grande Bretagne : accueil familial de malades d’Alzheimer

Extrait d’un article d’Anne-Marie CHAPELAN, publié le 7 décembre 2006 sur news.yahoo.com


Des expériences innovantes pour traiter les malades atteints d’Alzheimer

NIMES (AFP) - Les 6e assises des établissements et services associatifs pour personnes âgées ont examiné jeudi (7 décembre 2006) à Nîmes des expériences innovantes en Europe pour traiter les malades atteints d’Alzheimer qui "représentent en France 70% des nouveaux entrants" dans les maisons de retraite.

Au cours de ces assises, organisées par l’Union nationale des oeuvres et organismes privés sanitaires et sociaux (UNIOPSS), le ministre délégué aux Personnes âgées Philippe Bas, évoquant le "retard français", a souligné la nécessité de "faire évoluer nos maisons de retraite qui ne sont pas équipées pour l’accueil de personnes atteintes de cette maladie".
"Il y a un retard français" puisqu’il faut "deux ans pour diagnostiquer la maladie après les premiers signes". Pendant ce temps, il y a "dépressions nerveuses, absence de soins, accidents domestiques ou de voitures, alors que c’est au début que le traitement est le plus efficace", a poursuivi M. Bas.

(...)

A Liverpool (Grande-Bretagne), l’association Personnel Service Society, forte de mille salariés et de 700 bénévoles, trouve des familles d’accueil pour les malades d’Alzheimer, familles qui sont rémunérées de 250 à 600 euros par semaine par le gouvernement.

"Ils vivent dans un habitat familial ordinaire, et la famille offre un accompagnement et un soutien individuels qui améliorent (la) vie" des patients, a affirmé Robin Currie qui dirige l’association depuis 25 ans.

"Plus de 200 services de ce type soit près de 6.000 places" sont disponibles au Royaume-Uni, a-t-il ajouté.


La France s’inspirera-t-elle de cet exemple, en accordant enfin aux accueillants familiaux accueilant familial
accueillants familiaux
Agréés pour prendre en charge à leur domicile des personnes âgées ou handicapées adultes n’appartenant pas à leur propre famille, les accueillants familiaux proposent une alternative aux placements en établissements spécialisés.
la place et le statut qu’ils méritent pour que ce mode de prise en charge se développe significativement ?

Le ministre et ses services y réfléchissent (encore, depuis plus d’un an) et nous promettent (comme d’habitude) du nouveau pour d’ici quelques mois, "début 2007". Nous attendons des mesures concrètes...

Famidaquement, Étienne Frommelt

PS : si vous avez plus de précisions sur l’exemple cité, merci de nous envoyer un message !

Dernière mise à jour : jeudi 21 décembre 2006

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui mesurent la fréquentation de ce site et vous permettent de le partager sur les réseaux sociaux.

Association Famidac © 1998-2016. Reproductions partielles autorisées avec la mention "Source : famidac.fr"
Qui sommes-nous ? | Adhésion | Merci de nous signaler toute erreur ou anomalie | Site réalisé avec SPIP

10 visiteurs (dont 6 sur le forum)

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui mesurent la fréquentation de ce site et vous permettent de le partager sur les réseaux sociaux.

Association Famidac © 1998-2016. Reproductions partielles autorisées avec la mention "Source : famidac.fr"
Qui sommes-nous ? | Adhésion | Merci de nous signaler toute erreur ou anomalie | Site réalisé avec SPIP