Histoires de fous

GIF - 3.9 ko

Au commencement...

Le psychiatre, à un nouveau patient :

  • J’ignore tout de votre problème, alors n’hésitez pas, racontez-moi tout. Il serait bon que vous commenciez par le commencement !

Le patient :

  • Ça risque d’être un peu long. Tant pis, je me lance ! Alors, au commencement, j’ai créé le ciel et la terre ... ... .. ... ... ...

Répondeur téléphonique

Bonjour,

En cas d’absence, je ne suis malheureusement pas là.

Si vous n’êtes pas là non plus, il n’y a pour l’instant absolument personne.

Tant pis : à bientôt !!!

JPEG - 45.8 ko

Il est des nôtres :)

Dans un hôpital psychiatrique, un malade félicite le nouvel infirmer chef de service :

"Tous les malades vous aiment beaucoup plus que votre prédécesseur ; vous, au moins, on a tout à fait l’impression que vous êtes vraiment des nôtres !"

Le miroir

Un fou trouve un morceau de miroir. Il le regarde, voit son visage et s’exclame :

  • Eh ! la tête de ce type me dit quelque chose !

Son copain prend le miroir, le regarde à son tour et répond :

  • Bah ! Bien sur ! C’est moi !!

Sexe faible

Un patient s’allonge sur le divan d’un psychologue, qui l’interroge.

  • Expliquez-moi quelle est la cause de votre sentiment d’infériorité.
  • Je peux même vous la présenter : elle est venue m’accompagner et s’est installée dans la salle d’attente.

Les costauds

Deux fous se promènent dans la rue. Le premier dit à l’autre :

  • Veux-tu faire de l’exercice ?

Le deuxième accepte. Ils commencent à pousser un mur de ciment. C’est laborieux, ils ont chaud ; ils quittent leurs manteaux et les posent derrière eux, puis poussent de plus belle.

Un gars passe et dérobe les manteaux. Deux minutes après, un des fous se retourne et prévient l’autre :

  • Arrête, on est rendu trop loin, on ne voit déjà plus nos manteaux !

Les forts en math

Trois fous sont dans un asile avec un professeur.

Celui-ci demande au premier :

  • Combien font 3x3 ?
  • 1540 !

Le prof demande au deuxième :

  • Combien font 3x3 ?
  • Mardi !

Finalement, le prof interroge le troisième :

  • Combien font 3x3 ?
  • Heu... 9 !
  • Bravo ! Mais comment avez-vous fait ?
  • Facile ! J’ai divisé 1540 par mardi !

Hue dia !

Un homme tombe en panne en pleine campagne. Il soulève son capot examine le moteur lorsqu’il entend une voix :

  • A mon avis, ça vient des bougies.

Il se retourne et s’aperçoit que c’est un cheval qui vient de lui parler.
Il court à la ferme voisine et s’étonne auprès du fermier :

  • C’est incroyable ! Je suis tombé en panne et votre cheval m’a dit que le problème vient des bougies.
  • Le cheval... Il était de quelle couleur le cheval ?
  • Noir, pourquoi ?
  • Faut pas l’écouter, il n’y connaît rien en mécanique celui-là !

De force...

William qui nous a bien fait rire en nous racontant qu’il y a quelques années, comme il s’était trop énervé, les infirmiers l’ont attrapé pour lui passer la "quasimolle" de force...

Et Eric lui a gentiment rappelé que "la came isole"...

Visite ministérielle

Le Ministre de la santé visite un hôpital de psychiatrique. Il discute avec le directeur et lui demande sur quoi il se base pour déterminer si un patient est guéri ou pas.

  • C’est simple, répond le directeur, nous remplissons une baignoire d’eau, nous donnons une petite cuillère et une tasse à thé et nous demandons au patient de vider la baignoire.
  • Je comprends, dit le Ministre, une personne normale choisit la tasse, qui est plus grande.
  • Non ! répond le directeur. Une personne normale tire le bouchon de la baignoire...

Une astuce pour "lever le pied"

Deux fonctionnaires de la DGAS (Direction Générale de l’Action Sociale) soupirent au bureau. Ils voudraient bien prendre un jour de congé, mais le directeur n’est pas d’accord : il y bien trop de travail, avec ces accueillants familiaux accueilant familial
accueillants familiaux
Agréés pour prendre en charge à leur domicile des personnes âgées ou handicapées adultes n’appartenant pas à leur propre famille, les accueillants familiaux proposent une alternative aux placements en établissements spécialisés.
qui ne sont jamais contents !!!

Un des fonctionnaires se lève et annonce : "Je sais comment obtenir quelques jours de congé"

L’autre : "Comment ?"

Le premier regarde si le directeur est en vue - rien à l’horizon.

Il monte sur son bureau, enlève quelques plaques du faux plafond, grimpe à l’intérieur, passe ses jambes autour d’un tuyau métallique et se laisse pendre la tête en bas au-dessus du bureau.

Le Directeur arrive dans le bureau et demande : "Que se passe-t-il ici ?"

"Je suis une lampe" dit l’homme

"Je crois que vous avez besoin de vous reposer, vous êtes surmené. Je vous ordonne de rentrer chez vous. Je ne veux plus vous voir avant au moins 2 jours !!!" dit le Directeur.

Là-dessus, le 2ème fonctionnaire se lève, prend son cartable et met son manteau.

"Où allez-vous ?" dit le Directeur.

"Je rentre aussi à la maison : je ne peux tout de même pas travailler dans le noir !"

Tandem

C’est le week-end.

Les 2 pensionnaires d’Henri et de sa copine sont rentrés, vendredi, dans leur établissement. Ca sent bon le printemps et la pause bien méritée. Il faut se dépêcher d’en profiter avant le retour des accueillis, demain lundi.

Henri et sa copine décident de faire un peu de sport et ressortent leur vieux tandem de l’écurie. Les voici qui gravissent péniblement un col. C’est raide, interminable, ça n’avance pas, ils transpirent tous deux à grosses gouttes.

Arrivés au sommet, ils s’écroulent dans le fossé, au bord de la route.

Henri finit par reprendre son souffle et s’exclame :

  • J’aurais bien cru qu’on n’y arriverait jamais !!! Quelle côte ! J’avais peur de péter la chaîne tellement je forçais sur les pédales !

Sa copine surenchérit :
- T’as raison, c’était sacrément raide ! Et moi, j’avais peur de péter les câbles et les poignées force de freiner pour éviter qu’on ne reparte en marche arrière !!!

(l’accueil familial Accueil familial Mode d’accueil alternatif au maintien à domicile et au placement en établissement spécialisé : les personnes handicapées ou âgées sont prises en charge au domicile de particuliers agréés et contrôlés par les conseils départementaux (ou par des établissements de santé mentale). est un travail d’équipe ;-))

Au sec 1

Ernest et Antoine sont des malades mentaux qui résident dans un hôpital psychiatrique.

Un jour, Ernest longe la piscine. Il glisse, tombe à l’eau et coule à pic. Sans hésiter, Antoine plonge et va chercher Ernest au fond.
Il le ramène à la surface.

Quand le directeur apprend l’acte héroïque d’Antoine, il décide de le laisser sortir immédiatement car il pense que si Antoine
est capable d’un tel acte il doit être mentalement stabilisé.

Le directeur va lui-même annoncer cette bonne nouvelle à Antoine.
Il lui dit :

  • J’ai une bonne et une mauvaise nouvelle à t’apprendre ! La bonne c’est que nous te laissons sortir de l’hôpital parce que tu as été capable d’accomplir un acte de bravoure en sauvant la vie d’une autre personne. Je crois que ça va beaucoup mieux et que tu as retrouvé ton équilibre. La mauvaise, c’est qu’Ernest s’est pendu dans la buanderie avec la ceinture de sa robe de chambre.

Et Antoine de lui répondre alors :

  • Il ne s’est pas pendu, c’est moi qui l’ai accroché pour qu’il sèche...

Au sec 2

Arthur et Etienne qui rentrent de Lourdes, où ils ont allumé une douzaine de cierges, demandant à la vierge la parution des décrets. Ils rentrent dans le train et dans le wagon, ils découvrent une compagnie de marins qui rentre au Havre, après une semaine de manœuvres en Méditerranée.

Écarquillant ses yeux, Etienne s’esclaffe :

  • "Wouhaaaa, T’as vu le nombre de marins qu’il y a par ici, Arthur ?! Mon vieux, je crois qu’on s’est encore trompés : ceci n’est pas un train, c’est un bateau !!!"
  • "La boulette !!! Bon, Etienne, pas d’autre solution, il faut se jeter à l’eau, avant que cet engin ne prenne le large !!!"

Etienne se jette aussitôt par la fenêtre.
Arthur, plus prudent, lui demande :

  • "L’eau est bonne ?"

Et l’autre, par terre sur le ballast ...

  • "Ca a l’air d’aller, mais saute plutôt de l’autre côté : par ici c’est plein de rochers !!!!"

A vélo

Arthur et Etienne font une balade à bicyclette.
Soudain, Arthur descend de sa bicyclette et commence à dégonfler ses deux pneus.

  • "Mais qu’est-ce que tu fabriques ?" demande Etienne.
  • "Mon siège est trop haut." lui répond Arthur.

Aussitôt, Etienne descend de sa bicyclette, met son siège à la place de son guidon et son guidon à la place de son siège.
Arthur lui demande à son tour :

  • "Et toi ? Que fais-tu ?"
  • "Je retourne chez moi, t’es vraiment trop con !"

Limitation de vitesse

Depuis qu’elle a un ordinateur, la copine d’Henri, accueillante familiale, rédige elle-même ses fiches de paye, à l’aide du tableur de famidac.

A force de bricoler son tableur et de tester toutes les touches de son clavier, elle réussit à multiplier son salaire par cent (+ 10% de congés payés). Pour corser le tout, elle se gratifie de mois de 365 jours.

Avec la fortune accumulée, elle s’achète une magnifique Ferrari, et repart en vacances (encore !!!)

Sur l’autoroute, au volant de sa Ferrari, elle provoque un énorme bouchon en se traînant sur la voie du milieu.
Un policier l’arrête et lui demande pourquoi elle roule à 7 km/h.

  • Bein c’est normal, non, on est sur l’A 7 !

Le policier s’aperçoit qu’Henri, à la place du passager, est tout vert et nauséeux. Il lui demande ce qui lui arrive.
Henri répond, dans un faible dernier souffle :

  • C’est qu’on vient tout juste de quitter l’A 330 ! Et ça ne devrait pas s’arranger : entre Lodève et Montpellier, il y a l’A 750...

Le trou

Deux fous transportent un énorme trou dans un gros camion.
Au bout d’un kilomètre, le passager se retourne :

  • "Attends, Jojo, je ne vois plus le trou dans la benne, je crois bien qu’on l’a perdu ! Recule un peu, pour voir..."

Le conducteur répond aussi sec :

  • "Ca va pas la tête, vas-y voir à pied : il ne faudrait pas que le camion tombe dedans !".

La vache

  • "Prenez une feuille et vos aquarelle pour dessiner votre animal favori", dit la maîtresse à ses élèves.

Toto, tout fier, lui apporte aussitôt son oeuvre.

  • "Voilà madame, j’ai déjà fini !
  • Mais ta page est blanche !
  • Bein non madame, j’ai dessiné une jolie vache.
  • Je ne la vois pas !
  • C’est normal madame, il y a tellement d’herbe que ça la cache !
  • Mais alors, tu aurais au moins pu peindre l’herbe !
  • Bein non madame, parce que ma vache a déjà mangé toute l’herbe.
  • Alors, elle n’est plus cachée. Prends au moins le temps de la dessiner !
  • Trop tard madame, comme il n’y avait plus d’herbe, elle est partie !"

Cours de cuisine n° 1 : la passoire (vue par les Shadoks...)

"On appelle passoire tout instrument sur lequel on peut définir 3 sous-ensembles : l’intérieur, l’extérieur, et les trous. L’intérieur est généralement placé au-dessus de l’extérieur, et se compose le plus souvent de nouille, et d’eau.

Les trous ne sont pas importants. En effet, une expérience simple permet de se rendre compte que l’on ne change pas notablement les qualités de l’instrument en réduisant de moitié le nombre des trous, puis en réduisant cette moitié de moitié, etc, etc. Et à la limite, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de trou du tout.

D’où théorème : la notion de passoire est indépendante de la notion de trou. Et réciproquement.

On appelle passoire du 1er ordre les passoires qui ne laissent passer ni les nouilles, ni l’eau.

On appelle passoire du 2ème ordre une passoire qui laisse passer et les nouilles, et l’eau.

On appelle passoire du 3ème ordre, ou passoire complexe, les passoires qui laissent passer quelquefois l’un ou l’autre, et quelquefois pas.

Pour qu’une passoire complexe laisse passer l’eau, et pas les nouilles, il faut et il suffit que le diamètre des trous soit notablement inférieur au diamètre des nouilles. Pour qu’une passoire complexe laisse passer les nouilles, et pas l’eau, il faut et il suffit que le diamètre des trous soit notablement inférieur au diamètre de l’eau.

Quand aux passoires du premier ordre qui ne laissent passer ni les nouilles, ni l’eau, il y en a de 2 sortes : les passoires qui ne laissent passer ni les nouilles, ni l’eau, ni dans un sens, ni dans l’autre, et celle qui ne laissent passer ni les nouilles, ni l’eau, que dans un sens uniquement. Ces passoires là, on les appelles des casseroles.

Il y a 3 sortes de casserole : les casseroles avec la queue à droite, les casseroles avec la queue à gauche, et les casseroles avec pas de queue du tout, mais celles là, on les appelle des autobus.

Il y a 3 sortes d’autobus : les autobus qui marchent à droite, les autobus qui marchent à gauche, et les autobus qui ne marchent ni d’un côté, ni de l’autre. Mais ceux là, on les appelle des casseroles."

NB - exercice pratique : Remplacez l’eau par une loi, les nouilles par des décrets, puis attendez 2 ans 1/2 pour évaluer les capacités passoiresques et/ou casserolesques du gouvernement.

L’escalier

Deux fous sont en train de marcher sur une voie de chemin de fer et l’un dit à l’autre :

  • Et bien dis donc il est vraiment interminable, cet escalier !
  • Oui, et en plus la rampe pour se tenir est vraiment trop basse...

- T’inquiète pas : je vois un ascenceur qui arrive ! ! !

Hôpital Sainte-Anne, service des admissions

Le médecin-chef interroge un nouvel arrivant.

  • "Alors, cher monsieur, qu’est-ce qui motive votre internement dans notre bel hôpital psychiatrique ? Quel est votre problème ?"
  • "Mais je n’ai aucun problème !" répond le patient, "Je suis Napoléon Bonaparte et je n’ai aucune raison d’être retenu ici contre ma volonté."

Le médecin semble songeur un moment, puis il reprend la parole :

  • "Je vois cependant un grave paradoxe dans ce que vous me dites : nous avons déjà ici même un Napoléon Bonaparte !"
  • "C’est un IMPOSTEUR !" crie le fou. "Présentez-le moi et la vérité surgira !"

Le médecin se lève :

  • "Vous avez raison, le mieux est de vous confronter l’un l’autre. Suivez-moi, je vais vous amener à sa chambre" Et le deux hommes se rendent dans la chambre du premier Napoléon.

Dès leur mise en présence, le ton monte. Le nouveau s’énerve :

  • "Imposteur ! C’est moi le véritable Napoléon Bonaparte !"
  • "Pas du tout" répond l’autre, "Je suis le seul et unique Napoléon"

Le médecin les prie de se taire et leur dit :

  • "Voici ce que je vais faire. Je vous laisse ensemble pour la nuit, et je reviendrais demain matin. La nuit portant conseil, je pense que la situation sera plus claire d’ici douze heures."

Le lendemain matin, le médecin-chef ouvre la porte de la chambre :

  • "Alors, ça y est. Les choses sont rentrées dans l’ordre ?"
  • "Oui parfaitement," dit le nouveau. "C’est moi le seul et unique Napoléon."

Le médecin se tourne vers l’ancien pensionnaire...

  • "Oui" répond-t-il d’une voix timide, "Il a raison, c’est bien lui Napoléon."
  • "Ah bon... "fait le médecin, qui espère le voir enfin guéri, "Mais alors, si vous n’êtes pas Napoléon, qui êtes-vous ?"

Alors, l’ancien se met à rougir et avoue :

  • "Eh bien, en fait, moi je suis Joséphine... "

Savonnettes

Les lettres qui suivent sont réelles. Elles émanent d’un incident entre un hôtel de Londres et Mr Berman (un de ses clients). La direction de l’hôtel finit par donner la correspondance au London Sunday Times pour qu’elle soit publiée

Chère femme de chambre,

Je vous prie de ne plus déposer les petites savonnettes de l’hôtel dans ma salle de bains, car j’ai apporté mon propre Palmolive familial. Pourriez-vous enlever les six savonnettes qui sont sur l’étagère et les trois qui sont dans le porte-savon ? Elles m’encombrent. Merci
S. Berman.

Chère chambre 635,

Je ne suis pas votre femme de chambre habituelle. Elle sera de retour demain, jeudi, après son jour de congé. J’ai enlevé les trois savonnettes du porte-savon, comme vous l’avez demandé. J’ai enlevé les six savonnettes de l’étagère pour qu’elles ne vous gênent plus, et je les ai mises sur le distributeur de Kleenex, au cas où vous changeriez d’avis. Il ne reste que les trois savonnettes que j’ai déposées aujourd’hui, car j’ai pour instruction de déposer trois savonnettes par jour. J’espère que cela vous conviendra.
Kathy, femme de chambre de relève.

Chère femme de chambre,

J’espère que vous êtes ma femme de chambre habituelle. Apparemment Kathy ne vous a rien dit au sujet du message concernant les savonnettes. En rentrant hier soir j’ai vu que vous aviez déposé trois petits Camay sur mon étagère. Je vais séjourner à l’hôtel pendant deux semaines et j’ai apporté mon Palmolive familial, je n’aurai donc pas besoin des six petits Camay qui sont sur l’étagère. Ces savonnettes m’encombrent quand je me rase ou me brosse les dents. Pourriez-vous les enlever ?
S. Berman.

Cher Monsieur Berman,

Mon jour de congé était mercredi, donc la femme de chambre de relève a déposé les trois savonnettes que la direction nous ordonne. J’ai mis les six savonnettes qui vous encombraient dans le porte-savon où votre Palmolive était. J’ai mis votre Palmolive dans l’armoire à pharmacie. Je n’ai pas enlevé les trois savonnettes que l’on met dans l’armoire à pharmacie à chaque nouvelle arrivée, et pour lesquelles vous n’avez rien dit quand vous êtes arrivé lundi dernier. Je reste à votre disposition.
Votre femme de chambre habituelle, Dotty.

Cher Monsieur Berman,

Le directeur-adjoint, Monsieur Kensedder, m’a dit ce matin que vous l’aviez appelé hier soir pour vous plaindre du service de votre femme de chambre. Je vous présente mes excuses, et vous annonce que j’ai placé une nouvelle femme de chambre à votre service. Si vous avez d’autres plaintes à l’avenir veuillez me contacter pour que j’y apporte mon attention personnelle. Appelez le poste 1108 entre 8h00 et 17h00. Merci.
Elaine Carmen, gouvernante.

Chère Madame Carmen,

Il m’est impossible de vous téléphoner, car je quitte l’hôtel vers 7h45 pour me rendre au travail et ne rentre pas avant 17h30 ou 18h00. C’est pour cette raison que j’ai appelé M. Kensedder hier soir. Tout ce que je lui ai demandé, c’est s’il pouvait faire quelque chose à propos de ces savonnettes. La nouvelle femme de chambre a dû penser que je venais juste d’arriver, car elle a déposé trois nouvelle savonnettes dans mon armoire à pharmacie, en plus de sa livraison habituelle de trois savonnettes sur l’étagère. En cinq jours, j’ai accumulé 24 savonnettes. Pourquoi me faites-vous subir cela ?
S. Berman.

Cher Monsieur Berman,

Votre femme de chambre, Kathy, a reçu l’ordre de ne plus déposer de savonnettes dans votre chambre et d’enlever celles qui sont de trop. Je reste à votre disposition (poste 1108 entre 8h00 et 17h00) Merci.
Elaine Carmen, gouvernante

Cher Monsieur Kensedder,

Mon Palmolive familial a disparu. Toutes les savonnettes ont été enlevées, y compris mon propre savon. Je suis rentré tard hier soir et ai dû appeler le groom pour qu’il m’apporte quatre petits Dove.
S. Berman.

Cher Monsieur Berman,

J’ai informé la gouvernante, Elaine Carmen, de votre problème de savon. Je ne comprends pas pourquoi il n’y avait plus de savon dans votre chambre alors que les femmes de chambre ont l’ordre de poser trois savonnettes chaque fois qu’elles font une chambre. Votre problème devrait être immédiatement résolu. Veuillez accepter mes excuses.
Martin L Kensedder, directeur adjoint

Chère Madame Carmen,

Qui a déposé 54 savonnettes dans ma chambre ? J’ai trouvé 54 savonnettes en rentrant hier soir. Je ne veux pas de 54 Camay, je veux mon Palmolive. Est-ce que vous réalisez que j’ai 54 savonnettes ici ? Tout ce que je veux c’est mon propre savon. Rendez-moi mon savon.
S. Berman

Cher Monsieur Berman,

Vous vous êtes plaint de trop de savons alors je les ai fait enlever. Ensuite vous vous êtes plaint à M. Kensedder parce que tout votre savon avait disparu, alors j’ai moi-même tout remis dans votre chambre.. Les 24 Camay qui avaient été pris et les trois que vous êtes censé recevoir quotidiennement. Votre femme de chambre, Kathy, ne savait pas que j’avais tout remis à sa place et a elle-même rapporté 24 Camay plus les trois quotidiens... Je ne sais pas d’où vous sortez que l’hôtel fournit des Palmolive familiaux. J’ai réussi à trouver un Monsavon familial que j’ai laissé dans votre chambre.
Elaine Carmen, gouvernante.

Chère Madame Carmen,

Juste un petit message pour vos fournir un inventaire récent de mon stock de savons. Au jour d’aujourd’hui, je possède

  • Sur l’étagère de l’armoire à pharmacie : 18 Camay en quatre piles de 4 et une pile de 2.
  • Sur le distributeur de mouchoirs : 11 Camay en deux piles de 4 et une pile de 3.
  • Sur la commode de la chambre : une pile de 3 Dove, une pile de 4 Monsavon, et 8 Camay en deux piles de 4.
  • Dans l’armoire à pharmacie : 14 Camay en trois piles de 4 et une pile de 2.
  • Dans le porte-savon : 6 Camay, très mous. - Au coin nord-est du lavabo : 1 Dove à moitié utilisé.
  • Au coin nord-ouest du lavabo : 6 Camay en deux piles de 3.

Pouvez-vous demander à Kathy de s’assurer que les piles soient nettement formées et bien époussetées ? Faites-lui également savoir que les piles de plus de 4 ont tendance à s’écrouler. Puis-je suggérer que le rebord de ma fenêtre n’est toujours pas utilisé et formerait un excellent entrepôt pour les livraisons à venir ? Une chose encore : j’ai acheté un autre Palmolive familial, que je garde dans le coffre-fort de l’hôtel afin d’éviter tout malentendu.
S. Berman.

Comment se débarrasser de maman ?

Cette chaîne a été démarrée par des hommes qui, comme toi, sont en pleine possession de leurs capacités sexuelles. L’objectif est de rendre ta vie sexuelle encore plus extraordinaire. A l’inverse de nombreuses autres chaînes, celle-ci est totalement gratuite.

TOUT CE QUE TU RISQUES EST DE GAGNER ! Comment ? C’est simple, envoie simplement ce mail a tes 7 meilleurs amis, que tu estimes être comme toi en pleine possession de leurs moyens sexuels. Ensuite, donne un somnifère a ta femme/copine/concubine puis place la dans un grand carton (n’oublie pas de faire des trous pour qu’elle puisse respirer) et envoie la par la Poste au premier de la liste de tes amis. En gros, toi aussi à ton tour, tu deviendras le premier de la liste et tu recevras par la Poste 823.543 femmes.

Selon les théories statistiques, parmi toutes ces femmes, il y aura :

  • 0,5 Miss France,
  • 2,5 Top Modèles,
  • 463 nymphos furieuses,
  • 3234 nymphos très attirantes,
  • 20198 femmes multiorgasmiques,
  • 40198 femmes bisexuelles.

Au total, 64.294 femmes qui sont simplement plus agréables que la vilaine ronchonneuse que tu viens d’envoyer par la Poste. Et l’avantage de ce système est que tu es certain que celle que tu as envoyée ne reviendra pas (héhé).

MAIS ATTENTION, NE ROMPS CETTE CHAÎNE SOUS AUCUN PRÉTEXTE ! Un connard qui a envoyé ce mail a seulement 5 de ses amis a reçu une grognasse par la Poste, et elle sentait tellement fort des pieds que les voisins ont cru qu’il y avait un cadavre dans les alentours. En plus, le même jour, il s’est fait plaquer par la Top Model avec qui il vivait depuis qu’il avait envoyé sa vieille par la Poste, et en plus elle est allée rejoindre son meilleur ami qu’il avait justement oublié de mettre sur la liste.

Pendant que je t’envoie ce mail, le gars qui se trouve six places au dessus de moi et qui avait envoyé ce mail à 25 personnes au lieu de sept n’a pas réussi a assurer et se trouve actuellement à l’hôpital pour des raisons de surmenage. Et encore, je ne te parle pas des 576 cartons qui attendent devant la porte de sa chambre d’hôpital !

TU DOIS FAIRE CONFIANCE A CETTE CHAÎNE ! C’est pour toi une occasion incroyable de pouvoir connaître une vie sexuelle acceptable. Plus de coûteuses invitations à dîner, plus d’interminables discussions sur des conneries qui intéressent seulement les femmes et auxquelles tu dois te plier dans l’espoir de les emmener dans ton lit. C’en est fini aussi des obligations avec la belle mère qui veut toujours entendre parler d’engagement ou de mariage. N’hésite donc pas un instant à envoyer aujourd’hui même ce mail tes sept meilleurs amis.

PS : si tu n’as pas de femme sous la main, envoie un vieux truc à la place (un ordinateur par exemple).

Distributeur automatique de billets : modes d’emploi

Mode d’emploi pour accueillant familial :

1. Conduire jusqu’à la banque, se garer, aller au distributeur

2. Insertion carte

3. Entrée du code et du montant désiré

4. Prise du cash, de la carte et du ticket

5. Repartir

Mode d’emploi pour accueillante familiale :

1. Conduire jusqu’à la banque

2. Caler

3. Vérification du maquillage dans le rétroviseur

4. Application du parfum

5. Mise en place manuelle de la chevelure

6. Aller au distributeur

7. Recherche de la carte dans le sac a main

8. Insertion carte

9. Récupérer la carte rejetée par l’appareil

10. Jeter la carte téléphonique au fond du sac

11. Recherche de la carte bancaire

12. Insertion carte

13. Recherche de la boite de tampons (sur laquelle est inscrit le code secret) dans le sac à main

14. Entrée du code

15. Étude des instructions pendant 2 minutes

16. " Annulation "

17. Re entrée du code

18. " Annulation "

19. Téléphoner au copain/mari pour avoir le bon code

20. Entrée du montant

21. " Annulation "

22. Entrée d’un montant plus important

23. " Annulation "

24. Entrée du montant maximum

25. Croisement de doigts

26. Saisie du cash

27. Retour à la voiture

28. Vérification du maquillage dans le rétroviseur

29. Recherche des clés dans le sac a main

30. Démarrage de la voiture

31. Vérification du maquillage dans le rétroviseur

32. Rouler sur 50 mètres

33. Freinage brutal

34. Retour au distributeur

35. Sortie de la voiture

36. Récupération de la carte et du ticket

37. Retour a la voiture

38. Jet de la carte sur la plage avant

39. Jet du ticket par terre

40. Vérification du maquillage dans le rétroviseur

41. Mise en place manuelle de la chevelure

42. Parcourir 5 kilomètres

43. Enlever le frein a main

Dans l’avion

Dans le compartiment des premières classes, sur un vol transatlantique, Arthur semble très nerveux. L’hôtesse remarque qu’il se ronge les ongles et transpire abondamment.

Très prévenante, elle s’enquiert de son état : "Vous me semblez inquiet, Monsieur ; peut-être souhaitez-vous que je vous apporte quelque chose du bar pour vous rendre le voyage un peu moins stressant ?"

Arthur acquiesce d’un mouvement de tête tout en redoublant de tremblements. Quelques secondes plus tard, l’hôtesse de bord revient avec un verre de whisky. Le passager se l’enfile d’un trait et arrête aussitôt de trembler et de transpirer.

Une heure plus tard cependant, le passager se remet à trembler, à se ronger les ongles et à transpirer. Sans rien demander cette fois, l’hôtesse lui apporte un autre verre de whisky qu’Arthur avale d’un trait avec un sourire béat, l’air visiblement soulagé.

Mais une heure plus tard, re belote : le gars est à nouveau en train de trembler et cette fois il semble même pleurer.

"Monsieur, je crois que vous avez besoin d’un tranquillisant ! Je n’ai jamais vu quelqu’un être autant stressé en avion. Voulez-vous que j’aille vous chercher un Tranxène ?"

"Mais je n’ai pas peur de l’avion" rouspète Arthur dans un sanglot.

"Qu’est-ce qui vous arrive, alors ?

En s’effondrant en larmes, il avoue : "En fait, j’essaie juste d’arrêter de picoler !"


Quelques instants après, le commandant de bord prend le micro pour annoncer aux passager que c’est son dernier vol, car il prend sa retraite dès le lendemain.

"J’ai une faveur à vous demander : j’ai toujours rêvé de faire des loopings avec un 747. Les responsables de la compagnie ne sont pas trop d’accord, mais je ne risque plus grand chose et si vous êtes OK, je tente le coup !"

Les passagers : "Chiche !"

Le commandant demande à tous les passagers et au personnel de l’avion de boucler leurs ceintures, puis négocie un magnifique looping digne de la patrouille de France.

Les passagers : "Youpi ! Bravo !!! Encore !!!!"

Sans se faire prier, le commandant renouvelle son exploit avec une double boucle parfaite.

Les passagers applaudissent en hurlant de joie "Encore ! Encore ! Encore !"

C’est à ce moment qu’Arthur, tout barbouillé et couvert de bleus, sort des toilettes en rouspétant : "Non mais, c’est pas bientôt fini vos conneries ?"

L’autre rive

Henri se ballade au bord de l’Allier, en Haute Loire.
Au bout d’un moment, il aperçoit sa copine, sur l’autre rive.

Il souhaite la rejoindre...

  • "Eh ! Comment faut-il faire pour passer de l’autre côté de la rivière ?"

De l’autre bord, la copine d’Henri lui hurle :

  • "Imbécile, tu y es déjà, de l’autre côté !!!"

Les devinettes

Un savant psychiatre propose un défi à un fou : ils se posent des questions, si le fou ne trouve pas les réponses, il lui donne 1 euro. Si c’est le savant qui ne trouve pas il lui donne 100 euros.

Le savant commence :

  • Alors, qu’est-ce qui a quatre pattes et fait "miaou miaou" ?
  • Heaiinn ? J’sais pas ! Tiens, un euro !
  • Bon, qu’est-ce qui a quatre pattes et fait "ouaf ouaf" ?
  • Heaiinn ? J’sais pas ! Tiens, un euro !
  • Bon, à toi...
  • Heu... C’est quoi qui a 2 pattes le matin, 4 pattes le midi, et 10 pattes le soir ?

Le savant cherche longtemps mais ne trouve pas la réponse.
Agacé :

  • Bon, je suis désolé, je ne trouve pas... Tiens tes 100 euros... C’était quoi la réponse ?
  • Heaiinn ? J’sais pas, tiens, un euro !

Un moment de distraction

Qu’est-ce ça signifie, lorsqu’une infirmière se promène avec un thermomètre sur l’oreille ?

  • Ca veut dire que quelque part dans cet hôpital, il y a un patient qui attend avec un stylo dans le c...

Deux simplets se promènent...

  • Un jour, j’irai marcher sur le Soleil avant de mourir, c’est sûr !
  • Tu peux pas faire ça, c’est trop chaud !
  • Voyons, y’en a bien qui ont marché sur la Lune, pourquoi je pourrais pas marcher sur le Soleil ?
  • Je te dis que c’est trop chaud.
  • Ben voyons, t’es bien innocent, penses-tu que j’vais pas y aller le jour, j’vais y aller de nuit !

Joyeuses fêtes !

NOTE DE SERVICE
De : Cécile MARTIN - Direction des Ressources Humaines
A : Tous les salariés
Date : 01 / 12
Sujet : Fête de Noël

Chers Tous,
Je suis heureuse de vous informer que la Fête de Noël de la Compagnie aura
lieu le 23 Décembre, à partir de midi, dans les salons privés de notre
Grill-House.
Il y aura un buffet gratuit avec tout un choix de boissons !
Nous aurons aussi un petit groupe musical amateur qui chantera des
cantiques, alors n’hésitez pas à chanter avec lui. Et ne soyez pas surpris
de voir arriver notre PDG déguisé en Père Noël !!
Le sapin sera illuminé à partir de 13H00. Les échanges de cadeaux entre les
membres du personnel pourront se faire à partir de ce moment-là.
Cependant, pour ne gêner personne financièrement, aucun présent ne devra
dépasser une valeur de 10 Euros.
Joyeux Noël à vous tous et à vos familles.
Cordialement, Cécile

Post Scriptum

JPEG - 21.4 ko
Un patelin où tout est super bien organisée...
Dernière mise à jour : mercredi 21 août 2013

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui mesurent la fréquentation de ce site et vous permettent de le partager sur les réseaux sociaux.

Association Famidac © 1998-2016. Reproductions partielles autorisées avec la mention "Source : famidac.fr"
Qui sommes-nous ? | Adhésion | Merci de nous signaler toute erreur ou anomalie | Site réalisé avec SPIP

12 visiteurs (dont 7 sur le forum)

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui mesurent la fréquentation de ce site et vous permettent de le partager sur les réseaux sociaux.

Association Famidac © 1998-2016. Reproductions partielles autorisées avec la mention "Source : famidac.fr"
Qui sommes-nous ? | Adhésion | Merci de nous signaler toute erreur ou anomalie | Site réalisé avec SPIP