L’accueil familial Accueil familial Mode d’accueil alternatif au maintien à domicile et au placement en établissement spécialisé : les personnes handicapées ou âgées sont prises en charge au domicile de particuliers agréés et contrôlés par les conseils départementaux (ou par des établissements de santé mentale). existe depuis fort longtemps. Mais avant la parution de la loi, il s’illustrait par la découverte de situations parfois inacceptables, voire sordides. La loi du 10 juillet 1989 concernant l’accueil par des particuliers à leur domicile, à titre onéreux, de personnes âgées ou handicapées adultes a été promulguée pour mettre fin a de telles pratiques et promouvoir un accueil de qualité.

L’accueil familial des personnes âgées s’inscrit à la croisée de deux courants actuels : le maintien à domicile et l’orientation vers de petites structures d’hébergement constituant le plus possible un cadre convivial voire familial (exemples : MAPAD, cantous, etc.). L’accueil doit permettre de retrouver un nouveau "chez soi" où l’on trouve une vie de famille avec un soutien adapté à sa dépendance, où l’on se sent entouré, compris, respecté et reconnu à part entière.

L’accueil familial pour personnes âgées offre :

  • un choix supplémentaire pour un maintien à domicile en constituant un "nouveau chez soi"
  • un accueil personnalisé en famille
  • une vie de famille chaleureuse et stimulante où sont privilégiés l’écoute, le respect de la personne, le maintien ou le développement de ses capacités d’autonomie, l’attention portée à ses problèmes de santé et la collaboration avec le personnel médical et paramédical qui intervient au domicile
  • une forme souple d’accueil (il peut être permanent ou temporaire, à temps partiel ou à temps complet)
  • les garanties fixées par un contrat écrit entre accueilli(e) et accueillant(e) selon le contrat type du département de résidence un maintien des droits médicaux et sociaux : allocation logement, allocation compensatrice ou prestation spécifique dépendance, aide sociale, etc.

[...] La mise en place de l’accueil familial reste à améliorer mais cela ne doit pas occulter la réussite d’accueils qui ont été préparés minutieusement puis suivis régulièrement. Ils offrent alors une qualité de vie spécifique indéniable et un accompagnement 24 heures sur 24 jusqu’au bout. La chaleur humaine, le dévouement et la compétence des familles sont un encouragement à développer l’accueil familial et à offrir aux accueillants une rémunération en rapport avec le travail accompli. [...]

Indications et limites à l’accueil familial

Indications

Chaque fois qu’une personne âgée bien informée des réalités de l’accueil familial souhaite être accueillie et adhère au projet d’accueil, celui-ci peut être envisagé (le contrat prévoit toujours une période d’essai de deux mois). Il restera à faire un choix éclairé ; il s’agit avant tout d’une rencontre entre une personne âgée et une famille avec ses caractéristiques propres ; il ne doit pas y avoir de placement arbitraire. On rencontre tous types de familles d’accueil.

Un certain nombre d’accueillants ayant une expérience gérontologique préalable et une formation médicale ou paramédicale seront très enclins à accueillir des personnes très dépendantes voire des malades en phase terminale. D’autres seront plus préparés à des fonctions de maîtresse de maison et d’animatrice et accueilleront plus volontiers des personnes âgées peu dépendantes ou en accueil familial temporaire.

L’accueil familial est conclu par un contrat de gré à gré. Des petits essais préalables et une préparation de l’accueil dans tous ses aspects doivent être réalisés afin d’éviter au mieux les déconvenues. S’adapter à une famille demandera un effort qui doit être allégé au maximum.

Limites

L’accueil familial connaît des limites évidentes :

  • quand l’adhésion de la personne âgée au projet n’est pas bonne
  • quand l’accueil se fait dans l’urgence, ses chances de réussite sont très nettement diminuées.
  • certains handicaps ou pathologies contre-indiquent l’accueil : handicaps psychiques lourds  [1] , démences séniles, délires et persécution, agitation nocturne [...]

Notes

[1NDLR : "handicaps psychiques lourds" : termes imprécis, à remplacer par "maladie mentale non stabilisée, agressivité contre soi-même ou contre autrui..."

Dernière mise à jour : dimanche 26 décembre 2010

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui mesurent la fréquentation de ce site et vous permettent de le partager sur les réseaux sociaux.

Association Famidac © 1998-2016. Reproductions partielles autorisées avec la mention "Source : famidac.fr"
Qui sommes-nous ? | Adhésion | Merci de nous signaler toute erreur ou anomalie | Site réalisé avec SPIP

17 visiteurs (dont 11 sur le forum)

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui mesurent la fréquentation de ce site et vous permettent de le partager sur les réseaux sociaux.

Association Famidac © 1998-2016. Reproductions partielles autorisées avec la mention "Source : famidac.fr"
Qui sommes-nous ? | Adhésion | Merci de nous signaler toute erreur ou anomalie | Site réalisé avec SPIP