Martinique : accueillante familiale au Morne-Rouge

Article de Joël Sandot, publié sur Planetantilles.com

Marie-Carole Partel est accueillante familiale agréée par le Conseil général au Morne-Rouge. Elle a en permanence à sa charge deux personnes âgées.

Comment est-on nommée accueillante familiale ?

C’est la DISSES qui instruit le dossier de demande aussi il suffit de rédiger une lettre de motivation sur papier libre et de l’adresser à M. le président du Conseil général de la Martinique.
J’ai donc fait ma demande en janvier 2003 et j’ai obtenu la réponse. J’ai à la maison deux personnes âgées une mamie et un papi.

Pourquoi un délai aussi long ?

Normalement, en effet la DISSES répond au bout de deux mois, mais comme il y a eu quelques soucis provenant de certaines personnes ayant reçu l’agrément et qui ne donnaient pas satisfaction, les services ont du mener une enquête beaucoup plus poussée pour les nouvelles demandes.

Quelles qualités cela demande-t-il ?

Beaucoup de patience ! Il faut aussi aimer s’occuper des personnes âgées. Il ne faut pas croire comme certain qu’il suffit de les installer devant la télé du matin au soir. Si on veut vraiment faire ce métier sérieusement, déjà faut-il suivre une formation idoine. Il faut aussi beaucoup de disponibilité. Ces deux personnes sont à la maison 24 heures sur 24 et je m’en occupe comme si c’étaient mes propres parents.
Mon fils ne déjeunant pas à la cantine, il est avec nous à midi et les deux “grands-parents” partagent la table familiale.

Que dire d’une journée-type ?

JPEG - 22.7 ko
Marie-Carole Partel

Je suis levée dès 6h30 pour préparer leur petit déjeuner. Ils n’ont pas de problèmes particuliers de nutrition et mangent la même chose que mon fils et moi.
Je n’ai pas à me préoccuper de leur toilette car il y a un service de soins à domicile qui passe chaque jour.
A déjeuner, il me faut faire manger la mamie, ce qui prend un certain temps aussi je la mets à table un peu avant le reste de la famille. Il faut veiller à ce qu’elle ne s’endorme pas pendant le repas.
Le papi, lui est déjà un peu plus valide et mange à table avec mon fils et moi.
L’après-midi je leur fais la conversation ou, s’il fait beau je vais faire une promenade avec le papi, il faut alors quelqu’un pour garder la mamie. Je fais appel soit à ma mère, soit à ma cousine. Tout se passe en famille.
Comme je fais partie d’une association qui organise des activités pour les personnes âgées, nous partons parfois en sorties avec eux.

Joël Sandot (06/05)

Dernière mise à jour : mardi 21 novembre 2006

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui mesurent la fréquentation de ce site et vous permettent de le partager sur les réseaux sociaux.

Association Famidac © 1998-2016. Reproductions partielles autorisées avec la mention "Source : famidac.fr"
Qui sommes-nous ? | Adhésion | Merci de nous signaler toute erreur ou anomalie | Site réalisé avec SPIP

23 visiteurs (dont 11 sur le forum)

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui mesurent la fréquentation de ce site et vous permettent de le partager sur les réseaux sociaux.

Association Famidac © 1998-2016. Reproductions partielles autorisées avec la mention "Source : famidac.fr"
Qui sommes-nous ? | Adhésion | Merci de nous signaler toute erreur ou anomalie | Site réalisé avec SPIP