Le syndicat agricole, Hebdomadaire agricole de la région Nord - Pas de Calais
29 octobre 1999 - Numéro spécial, édition Nord (extraits)

Un projet pour construire de nouvelles solidarités locales

Dans le cadre du programme européen LEADER, la FDSEA conduit, en
collaboration avec les services du Conseil Général du Nord, un projet innovant
à caractère social : L’Accueil Familial Accueil familial Mode d’accueil alternatif au maintien à domicile et au placement en établissement spécialisé : les personnes handicapées ou âgées sont prises en charge au domicile de particuliers agréés et contrôlés par les conseils départementaux (ou par des établissements de santé mentale). à la Ferme.

L’accueil familial (...) permet
l’accueil par des particuliers, à leur domicile et à titre onéreux, de
personnes âgées ou handicapées adultes. Sur le département, près de 450
familles sont agréées par le Conseil Général.

Jusqu’à présent, très peu d’agriculteurs sont agréés pour cette
activité alors qu’ils sont en mesure de répondre à une demande insatisfaites C’est dans ce contexte que la FDSEA conduit un projet multi - partenarial visant à construire et promouvoir l’accueil familial à la ferme.

Conserver une ambiance familiale

Dans la mesure du possible, les personnes âgées souhaitent rester à leur
domicile. Cependant, il arrive que ces mêmes personnes demandent un peu plus
d’attention. Ce besoin se fait notamment ressentir lors de la saison hivernale,
où les conditions climatiques renforcent l’isolement, ou à la sortie d’une
hospitalisation .

Parfois, ce sont les enfants qui souhaitent prendre un peu de repos et
confier la surveillance de leurs parents à une famille agréée. Dans ce cas,
il s’agit d’un accueil temporaire. Il en est de même pour les personnes âgées
qui attendent une place en maison de retraite.

Quant aux personnes fragilisées, elles ont besoin de "séjours de
rupture" pour se ressourcer, faire le point et se fixer de nouveaux
repères.

L’Accueil Familial à la Ferme semble être une bonne alternative au
placement en institution, car il permet de conserver une ambiance familiale et
de rester dans un environnement agréable. Ce type d’accueil peut être pour
l’agriculteur une opportunité. Il est source de revenus complémentaires non
négligeables et permet ainsi le retour de la conjointe sur l’exploitation. Il
permet de valoriser une partie de l’habitation rendue vacante notamment lors du
départ d’un enfant. Dans la plupart des cas, les investissements se limitent à
l’aménagement de sanitaires adaptés, l’accueil se faisant dans l’habitation
même de l’agriculteur.

Création de micro - réseaux

Lorsque l’accueil est temporaire, il permet de concilier aisément
l’activité agricole avec la prestation d’accueil par une meilleure répartition
de la charge de travail sur l’année. Le projet de la FDSEA prévoit la
création de micro - réseaux composés de 5 à 10 exploitations agricoles
agréées. Ce fonctionnement facilite le soutien aux familles d’accueil. Il est
par exemple proposé d’assurer un service de remplacement lorsque l’exploitant
doit s’absenter.

Par ailleurs, tout en bénéficiant d’un encadrement privilégié, les
agriculteurs auront la possibilité de participer à des formations
complémentaires et adaptées, des groupes d’échange et de réflexion.... Les
personnes accueillies se verront proposer des activités individuelles ou de
groupe : excursions, travaux manuels...

Les exploitants intéressés par ce projet, sont invités à prendre contact
avec la

FDSEA du Nord
Christophe CHEVAILLIER
44 rue Jean Sans Peur SP 643
59024 Lille Cedex
Tél. 03 20 30 42 48

Ce projet novateur dessine l’avenir de l’accueil familial

Installé au centre administratif du département, à Lille, Pierre Grzesiak
est responsable du service accueil familial du département, placé sous
l’autorité de Charles-Henri Ternois, directeur de l’aide sociale et de la
solidarité aux personnes âgées et aux personnes handicapées.

Le service de Pierre Grzesiak a deux rôles : d’une part, accorder
l’agrément du Conseil Général aux familles d’accueil ; d’autre part, veiller
au bien-être des personnes accueillies, âgées ou handicapées, avec le
concours de 17 services de suivi conventionnés par le département.

"Ces services, constate Pierre Grzesiak, qui interviennent chacun sur
leur aire géographique, effectuent un suivi social, médico-social et
administratif. Ce que propose la FDSEA au département constitue un
"plus" : l’animation, le travail en réseau, l’entraide et les
échanges de services entre familles d’accueil. Il y a là une expérience
novatrice qui nous sera utile pour l’avenir."

D’une façon plus générale, le syndicalisme agricole, dans sa volonté de
constituer un réseau de familles d’accueil en milieu rural, semble anticiper
l’évolution qui se dessine déjà dans le domaine du placement familial des
personnes âgées et/ou handicapées.

"C’est là, bien sur, un constat à nuancer, note Pierre Grzesiak :
cependant, la géographie du chômage n’est pas sans correspondre à la
répartition des familles d ’accueil.

Traditionnellement, on demandait souvent l’agrément famille d’accueil faute
d’autres compétences. Aujourd’hui, beaucoup de familles d’accueil veulent être
reconnues en tant qu’acteurs dans le domaine des services offerts aux personnes
âgées et aux personnes handicapées.

D’ailleurs, elles se regroupent pour faire valoir les compétences
professionnelles qu’elles ont acquises. Notre rôle est d’intégrer cette
évolution, états également l’arrivée d’une nouvelle population d ’offrants :
elle sera de plus en plus jeune, correspondra à la volonté de femmes de rester
chez elles alors que leur niveau de qualification leur permettrait d’avoir,
peut-être, un travail plus rémunérateur à l’extérieurs Nous notons aussi
que les familles d’accueil offrent de plus en plus de commodités à la personne
accueillie.

Le projet de la FDSEA s’inscrit dans ces nouvelles tendances et a pour nous
valeur de test pour ce que sera l’accueil familial à caractère social dans les
prochaines années.

Autre constat a méditer : les 450 familles d’accueil qui existent
actuellement dans le Nord sont essentiellement installées dans les milieux
périurbains du Douaisis, du Denaisis, du Valenciennois. "Il y en a très
peu en Avesnois, relève Pierre Grzesiak. Et, pour l’ensemble du département,
nous ne comptons qu’une famille d’accueil qui exerce la profession d’exploitant
agricole."

Dominique Chatot

Témoignages : l’accueil familial au quotidien

Sur l’ensemble des familles agréées au titre de l’accueil familial,
quelques-unes sont d’origine agricole. Si leurs motivations sont diverses et
variées, toutes s’accordent à rappeler que l’accueil familial demande
disponibilité, écoute et attention. Elles ne regrettent pas leur choix, dans
la mesure où l’accueil familial leur permet d’exercer une activité
rémunérée en restant à domicile.

"Nous souhaitions rester sur l’exploitation alors qu’elle n’était plus viable"

En 1989, la famille T. est contrainte de cesser sa production laitière. Se
pose alors la question de l’avenir de cette exploitation céréalière de 50
hectares.

"La garde de mes parenté puis de mes beaux-parents m’avait beaucoup
apporté. Notre souhait était de rester sur la ferme mais une autre source de
revenus était nécessaire. De plus, le départ de nos enfants rendait vacantes
certaines pièces de la maison", confie Marguerite T. Une assistante
sociale du Conseil Général leur présente alors le dispositif Accueil
Familial.

Actuellement, la personne accueillie a un peu plus de 60 ans. Elle est
invalide et dispose d’une chambre meublée au rez-de-chaussée qui lui permet de
s’adonner à ses passe-temps favoris tels que la lecture, la musique et
certaines émissions télévisées

Chaque soir, Mme T. reçoit la visite de l’infirmière chargée d’aliter la
personne âgée. De même un kinésithérapeute apporte des soins quatre fois
par semaine tandis que l’assistante sociale passe toutes les deux semaines.

Malgré ces soutiens extérieurs, accueillir à son domicile un retraité
demande beaucoup de disponibilité. Aussi, lorsque Mme T. doit s’absenter, son
mari assure la surveillance de la personne accueillie. Marguerite, agréée pour
l’accueil de deux personnes, souhaite développer cette activité. Elle
sollicitera l’agrément du Conseil Général pour l’accueil d’une troisième
personne.

"Nous disposons des locaux nécessaires. De plus, accueillir trois
personnes me permettrait de recourir à l’embauche d’une aide extérieure et de
me consacrer ainsi a des formations complémentaires".

"Il vaut mieux s’orienter vers de l’accueil temporaire"

"La préretraite agricole de mon mari n’était pas assez importante pour
nous permettre de vivre décemment. Il nous fallait une nouvelle source de
revenus. C’est pourquoi nous nous sommes orientés vers l’accueil familial. Il
existe en effet une demande très importante des familles pour le placement de
leurs parents. Lorsqu’on s ’occupe bien des personnes accueillies, le bouche à
oreille fonctionne efficacement. On est souvent obligé de refuser des
personnes".

Mme T insiste sur l’importance de la disponibilité. Il faut être présent
24 h/24. Son mari est très impliqué dans cette activité, permettant ainsi à
sa femme de s’absenter quelques heures. "Il faut, de temps en temps, se
ménager des pauses. C’est pourquoi, Je conseillerais plutôt aux jeunes
exploitants de s’orienter vers de l’accueil temporaire."

"Les personnes âgées ont besoin de calme et de convivialité"

Françoise V. soignait une jeune fille de la DDASS lorsque l’assistante
sociale lui propose d’accueillir des personnes âgées. Actuellement, deux
personnes âgées, Josiane et Christelle, habitent chez Mme V.

Françoise assure le suivi avec l’aide de sa fille. Cette dernière s’occupe
des personnes âgées jusqu’à 18h puis sa mère prend le relais. Cette
organisation leur permet de se ménager du temps libre et de se libérer un
week-end sur deux. Josiane et Christelle, qu’elles appellent affectueusement
"les mamies’’, préfèrent une ambiance familiale à un placement en maison
de retraite plus anonyme. Elles ont en effet d’importants besoins de repères,
d’écoute et d’attention. Peu à peu, la famille d’accueil devient leur seule
famille. Les enfants sont un peu leurs petits enfants.

Vivre sur une exploitation présente des avantages. L’une des
"mamies" a pu garder son petit chien et peut le promener sans danger
dans la cour de la ferme. De plus, les personnes âgées restent en contact avec
le monde économique : elles rencontrent des fournisseurs, se préoccupent des
récoltes...

Mme V insiste sur la nécessité d’entretenir dès le début de bons
contacts, à la fois affectueux et attentionnés, mais aussi parfois un peu
fermes. Il faut savoir ménager à chacun son intimité pour que tout le monde
se sente chez soi.

Les personnes âgées ont besoin en alternance de se retrouver seules au
calme et de profiter d’une ambiance familiale plus joyeuse et conviviale.

"Nous sommes devenus sa famille"

"Lorsque Jacques, 47 ans, a frappé à notre porte, il avait fugué d’une institution spécialisée pour personnes désorientées. Il errait de ferme
en ferme dans l’espoir de trouver du travail. Notre exploitation n’était pas
adaptée à l’accueil d’un public en difficulté. Cependant les exploitations de
type polyculture - élevage offrent une multitude de petits travaux qui ne
demandent pas de compétences particulières".

Pour éviter à Jacques de retourner en institution, la famille P. accepte de
l’accueillir dans le cadre d’un contrat d’accueil familial.

Voici maintenant 8 ans que Jacques est sur l’exploitation. Il aime se voir
confier de petites tâches. Il se considère avant tout comme un salarié
ordinaire. Du fait de son handicap mental, il ne peut effectuer seul un travail
en continu. Aussi est-il pris en charge, à sa convenance, par l’un ou l’autre
des membres de la famille. Pailler les étables, distribuer les pulpes,
entretenir le jardin, tailler les haies sont des missions qu’il peut assurer...
sous le regard attentif de l’agriculteur.

Il a ses repères sur l’exploitation mais aussi dans le village où il est
intégré. La famille d’accueil partage ses joies et ses peines. Une chambre lui
a été aménagée au sein de l’habitation pour respecter son intimité.

Une association conventionnée par le Conseil Général veille au bien-être
de la personne accueillie. Elle se charge aussi des démarches administratives
et financières. Jacques ne peut gérer seul son argent. Toutefois,
l’agriculteur lui donne régulièrement de l’argent de poche qu’il utilise à sa
convenance. C’est ainsi qu’il s’est offert un vélo et dispose d’un peu plus de
liberté.

Il se sent chez lui et nous considère un peu comme sa famille, indique M. P.
Nous avons la chance d’être quatre sur l’exploitation, ce qui permet de
répartir le suivi de Jacques".

La famille d’accueil s’accorde aussi à préciser que leur conduite doit
être exemplaire et régulière afin de maintenir les repères de la personne
accueillie.

Propos recueillis par Christophe Chevaillier et Hélène Couvreur

Dernière mise à jour : dimanche 13 janvier 2013

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui mesurent la fréquentation de ce site et vous permettent de le partager sur les réseaux sociaux.

Association Famidac © 1998-2016. Reproductions partielles autorisées avec la mention "Source : famidac.fr"
Qui sommes-nous ? | Adhésion | Merci de nous signaler toute erreur ou anomalie | Site réalisé avec SPIP

11 visiteurs (dont 7 sur le forum)

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui mesurent la fréquentation de ce site et vous permettent de le partager sur les réseaux sociaux.

Association Famidac © 1998-2016. Reproductions partielles autorisées avec la mention "Source : famidac.fr"
Qui sommes-nous ? | Adhésion | Merci de nous signaler toute erreur ou anomalie | Site réalisé avec SPIP