Stimuler la personne, l’aider à sortir, à réaliser ses projets...

ASH magazine, mars – avril 2007, page 36 : Interview de Bertrand Escaig, Vice-président de l’Union des amis et familles de malades psychiques (Unafam).

Extraits :

« Le rôle des travailleurs sociaux consiste à stimuler la personne »

(…) On sait qu’un accompagnement efficace repose sur les quatre pieds que sont la famille, le malade, le médical et la société civile.

Cela dit, les handicapés psychiques constituent une population nombreuse - environ 600.000 personnes - et variée. Il n’y a donc pas un seul type de prise en charge, ou plutôt d’accompagnement, mais une succession. Car on ne passe pas facilement d’un service psychiatrique à la vie en milieu ordinaire.

Il y a d’abord, pour les cas les plus lourds, l’hôpital où le médical domine évidemment. On trouve ensuite les structures de type maison d’accueil spécialisée où apparaît une composante éducative. Puis il y a toutes les structures qui servent de sas vers le milieu ouvert, comme les appartements associatifs, les résidences de ville, les foyers occupationnels... avec un suivi psychiatrique en ambulatoire.

A titre expérimental, le gouvernement a lancé un plan national qui prévoit une centaine de places en 2007, à raison d’une vingtaine de personnes par résidence, avec une équipe de travailleurs sociaux rémunérés par le conseil général. L’intervention éducative et sociale y est centrale et l’accent est mis sur l’autonomisation des personnes. Enfin, depuis 2005, pour tous ceux qui vivent de façon autonome, des groupes d’entraide mutuelle se développent. Ce sont des espaces d’accueil où les personnes apprennent à se prendre en charge directement, entre elles.

Concrètement, quel est le rôle des travailleurs sociaux ?

Il consiste essentiellement à stimuler la personne, à l’aider à sortir, à essayer de déterrer ses envies et de l’aider à les réaliser. Car la personne handicapée psychique souhaite généralement sortir de l’orbite des blouses blanches et de la famille. L’éducateur est donc un facilitateur qui accompagne la personne dans ses premiers pas vers l’extérieur.

Il propose une sorte d’entraînement à la vie active. Son rôle ne doit pas interférer avec la prise en charge médicale même s’il lui faut rester vigilant. Par exemple, il peut prévenir le réfèrent médical lorsqu’il pense qu’il y a un problème, comme l’arrêt d’un traitement susceptible de poser des difficultés au sein de la structure d’accueil. (…)

Propos recueilli pas Thomas Calinon


Ces rôles, attribués ici aux travailleurs sociaux, concernent également les accueillants familiaux accueilant familial
accueillants familiaux
Agréés pour prendre en charge à leur domicile des personnes âgées ou handicapées adultes n’appartenant pas à leur propre famille, les accueillants familiaux proposent une alternative aux placements en établissements spécialisés.
dont il n’est malheureusement pas question dans cet article…

Dernière mise à jour : lundi 20 août 2007

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui mesurent la fréquentation de ce site et vous permettent de le partager sur les réseaux sociaux.

Association Famidac © 1998-2016. Reproductions partielles autorisées avec la mention "Source : famidac.fr"
Qui sommes-nous ? | Adhésion | Merci de nous signaler toute erreur ou anomalie | Site réalisé avec SPIP

7 visiteurs (dont 5 sur le forum)

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui mesurent la fréquentation de ce site et vous permettent de le partager sur les réseaux sociaux.

Association Famidac © 1998-2016. Reproductions partielles autorisées avec la mention "Source : famidac.fr"
Qui sommes-nous ? | Adhésion | Merci de nous signaler toute erreur ou anomalie | Site réalisé avec SPIP