Vieillissement et cessation d’activité des travailleurs handicapés en ESAT

Recherche-action pilotée par le CLEIRPPA - Avril 2006

Extrait - page 111 et suivantes :



Les familles d’accueil

Bien que cette formule soit assez peu développée, l’accueil familial Accueil familial Mode d’accueil alternatif au maintien à domicile et au placement en établissement spécialisé : les personnes handicapées ou âgées sont prises en charge au domicile de particuliers agréés et contrôlés par les conseils départementaux (ou par des établissements de santé mentale). peut également être une solution pour les adultes handicapés vieillissants. Il peut, en particulier, s’avérer pertinent pour les adultes handicapés "retraités" vivant à domicile, en famille ou éprouvant une forte usure institutionnelle.

(...)

Toutefois, les professionnels signalent deux conditions de réussite à l’accueil familial de ces personnes :

En tout état de cause, la mise à disposition de places d’accueil temporaire dans les structures d’hébergement existantes permet aussi d’accompagner les travailleurs handicapés qui vivent chez leurs parents, par exemple en cas d’hospitalisation de ces derniers.

Dans certains départements se sont ainsi développés des services d’accueil familial, qui ont généralement vocation à assurer, d’une part, l’instruction des demandes ou renouvellements d’agrément des familles d’accueil et leur soutien et, d’autre part, le suivi social et médico-social des accueillis.

Dans les Alpes-Maritimes, le Safah (service d’accueil familial pour adultes handicapés), service novateur financé par le Conseil général, assure le suivi régulier, par une équipe de travailleurs sociaux, de personnes handicapées accueillies en famille d’accueil. Il a pour missions :

  • de réaliser un suivi éducatif et social régulier de l’adulte par la mise en place d’un projet pédagogique et de veiller à son bien-être physique, moral et affectif ;
  • d’aider et d’accompagner la famille d’accueil agréée par le Président du Conseil général dans son approche du handicap et de la prise en charge ;
  • d’assurer le lien avec tous les intervenants sociaux et médicaux et, dans certains cas, avec la famille naturelle de l’adulte (cf. le site http://www.apreh.org/implantation.php# : "... la personne handicapée devient partenaire de la vie familiale et la famille d’accueil devient une véritable alternative au logement collectif, solution d’hébergement qui n’est pas toujours adaptée à tous.")

De même, le département de la Côte-d’Or et la Mutualité française Côte-d’Or ont signé une convention autorisant cette dernière à créer le service d’aide à l’accueil familial (SAAF), service chargé du suivi social et médico-social des personnes handicapées adultes et de leurs familles d’accueil sur le nord du département.

Ce service vise à la fois à garantir un accueil de qualité aux personnes handicapées et à soutenir les familles d’accueil dans leur travail quotidien. (cf. le site http://www.mutualite21.org/ [ + l’article ci-dessous])

Par ailleurs, il arrive que des familles d’accueil soient encadrées par des établissements d’hébergement. Ainsi, la Maison de Lyliane, qui gère deux établissements pour personnes handicapées mentales d’au moins 40 ans
 [1]
, gère, avec une ligne budgétaire forfaitaire, deux familles d’accueil (qui accompagnent deux personnes handicapées chacune).

Consulter la version intégrale de ce document (PDF, 188 pages).



Précisions sur le service « service d’aide à l’accueil familial (SAAF) » de la Mutualité française Côte-d’Or :

Ils hébergent des personnes âgées ou handicapées : Les « accueillants », une aide précieuse pour les familles

Article de Press-Book du 17/06/2006 par Lucia Rambaud - Le Bien Public

Les accueillants familiaux accueilant familial
accueillants familiaux
Agréés pour prendre en charge à leur domicile des personnes âgées ou handicapées adultes n’appartenant pas à leur propre famille, les accueillants familiaux proposent une alternative aux placements en établissements spécialisés.
hébergent et accompagnent dans leur vie quotidienne une, deux ou trois personnes âgées ou déficientes mentales. Une aide très précieuse pour les familles. Gros plan sur ce service dans le Châtillonnais.

Yves Berthelon, directeur du service « Accompagnement à la vie sociale » de la Mutualité française Côte-d’Or-Yonne (SAVS) a réuni ces accueillants familiaux, salle des conférences à Châtillon. Derrière ce statut, il y a des hommes et des femmes qui hébergent et accompagnent dans leur vie quotidienne une deux ou trois personnes âgées ou déficientes mentales à leur domicile. C’est une des solutions d’accueil des personnes âgées et handicapées. L’accueil familial est considéré comme une profession libérale.

Ce sont les services du Conseil général par l’intermédiaire de la cellule de placement familiale
 [2]
qui assurent la délivrance des agréments et le suivi des personnes accueillies. Cependant depuis le 18 mai 2002, le Conseil général a confié à la Mutualité une mission d’accompagnement social de ces personnes sur le territoire de la Haute Côte-d’Or. Le service d’Aide à l’accueil familial (SAAF) a été créé, il est rattaché au SAVS et intervient sur les cantons de Montigny, Châtillon, Montbard, Aignay, Recey, Baigneux. Ce sont 18 personnes âgées et 26 personnes [handicapées ?] accueillies dans 26 familles qui bénéficient de l’accompagnement de la SAAF.

Question de confiance

Cette demande de rencontres répond aux besoins de reconnaissance de leur travail, de leurs difficultés en tant que familles d’accueil. Depuis 2002, Anne Leseurre, intervenante en accueil familial, leur rend visite régulièrement pour un suivi médico-social des accueillants et des accueillis.

Ce qui au départ a été pris pour un contrôle supplémentaire est devenu aux yeux des familles une aide précieuse. La visite est conçue en deux temps, un temps avec l’accueillant et un temps avec « l’accueilli » pour établir un projet avec la personne (vacances, activités hors de la maison, amélioration de sa vie) et connaître son niveau de satisfaction.

La confiance a été le maître-mot de la réunion, confiance que ce suivi donne aux familles qui demandent un hébergement. Et comme l’a souligné Yves Berthelon : « garantir une qualité de l’accueil aux personnes âgées et handicapées, prévoir un projet d’accompagnement, conforteront la professionnalisation auprès des familles ».

Pour discuter ensemble tous les problèmes soulevés, agrément, curatelle, tutelle, dysfonctionnements administratifs... Yves Berthelon a annoncé deux demi-journées de réunion de travail sur le thème Responsabilité et accueil qui traitera des enjeux du placement, des droits fondamentaux et leurs aspects juridiques.

Notes

[1La Maison de Lyliane 1 est un foyer de vie de 60 places ouvert en 1996 pour les personnes handicapés mentales d’au moins 40 ans, reconnues inaptes au travail, valides et sans traitement psychiatrique lourd. La Maison
de Lyliane 2 est un Fam accueillant la même population mais dépendante.

[2Note de Famidac : "cellule de placement familiale" : quelle abominable appellation, confondant encore la notion d’accueil (librement décidés et consenti) et de placement (subi) !

Dernière mise à jour : lundi 3 août 2009

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui mesurent la fréquentation de ce site et vous permettent de le partager sur les réseaux sociaux.

Association Famidac © 1998-2016. Reproductions partielles autorisées avec la mention "Source : famidac.fr"
Qui sommes-nous ? | Adhésion | Merci de nous signaler toute erreur ou anomalie | Site réalisé avec SPIP

13 visiteurs (dont 8 sur le forum)

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui mesurent la fréquentation de ce site et vous permettent de le partager sur les réseaux sociaux.

Association Famidac © 1998-2016. Reproductions partielles autorisées avec la mention "Source : famidac.fr"
Qui sommes-nous ? | Adhésion | Merci de nous signaler toute erreur ou anomalie | Site réalisé avec SPIP