Haut-Rhin

Si la réglementation de l’accueil familial Accueil familial Mode d’accueil alternatif au maintien à domicile et au placement en établissement spécialisé : les personnes handicapées ou âgées sont prises en charge au domicile de particuliers agréés et contrôlés par les conseils départementaux (ou par des établissements de santé mentale). n’a pas donné lieu à une montée en charge spectaculaire des demandes d’agrément, l’augmentation constante des candidatures, tant des accueillants que des accueillis, traduit néanmoins le processus dynamique dans lequel il s’inscrit depuis quelques années.

En effet, l’accueil familial s’insère dans un contexte social et économique propre à chaque département : l’équipement en établissement, la situation au regard de l’emploi, la solidarité familiale plus ou moins active constituent autant de paramètres influant sur son développement.

Mais l’accueil familial procède avant tout d’un libre choix de l’individu ; il renvoie à des valeurs telle la famille et ses représentations véhiculées. L’accueil familial c’est aussi la mise en place de réseaux de communication avec les partenaires, la connaissance nécessaire des réalités du terrain, de la législation, des prestations proposées par ailleurs en matière de prise en charge ...

Mais les actions concertées, menées en liaison avec les travailleurs sociaux de l’APA, de l’APF, des services sociaux hospitaliers, ... ne pourraient aboutir sans l’énergie investie par les familles d’accueil, partenaires émérites.

Toujours disponibles pour tenter une expérience, parfois dépassées par les événements, jamais découragées, les familles d’accueil haut-rhinoises, dont la démarche même n’est pas anodine, constituent un potentiel appelé à prendre de l’essor.

Dans l’éventail des possibilités que l’on peut offrir aux personnes âgées pour leur hébergement, l’accueil familial, riche en enjeux humains, économiques et culturels doit trouver toute sa place.

(source : CG 68, Direction de la solidarité, sous-direction Personnes âgées - Personnes handicapées)

Journal L’Alsace, 15/09/02, page 40 :

L’accueil familial :
Des familles accueillent sous leur toit des personnes âgées ou handicapées adultes. Une formule de libre choix pour chaque partie, peu connue mais réglementée.

Dans le Haut-Rhin, trente-cinq familles accueillent chez elles une personne âgée ou handicapée adulte. "C’est une solution très humaine, une alternative à l’hébergement en institution quand le maintien à domicile n’est pas ou plus possible", souligne Monique Gastinger, responsable de l’accueil familial au conseil général du Haut-Rhin. C’est lui qui est chargé de l’agrément, de la formation et du contrôle des familles d’accueil, du suivi médico-social des personnes accueillies.

Un projet réfléchi

Qui est ou devient "famille d’accueil" ?

"Souvent des familles qui ont déjà une expérience d’accueil. Soit de personnes âgées ou handicapées de leur famille, soit d’enfants placés. Ou des infirmières, des éducatrices qui choisissent d’exercer leur métier autrement. Elles proposent un accueil à dimension humaine tout en s’assurant une ressource économique. C’est toujours un projet mûrement réfléchi," souligne Mme Gastinger. La famille qui souhaite accueillir à titre onéreux doit être agréée par une commission départementale après entretien avec une assistante sociale et présentation d’un dossier. Cet agrément porte sur l’accueil à son domicile de personnes n’appartenant pas à sa famille. Il précise les conditions : nombre de personnes, accueil permanent ou temporaire, mise à disposition d’une chambre, accès aux sanitaires... Cet agrément n’est pas définitif, il doit être renouvelé périodiquement. Le contrat d’accueil précise ces conditions, les engagements de la famille d’accueil et sa rémunération, la période d’essai... "Il est important de préciser tout cela car la vie familiale est partagée en permanence. Certaines familles emmènent même la personne âgée ou handicapée avec elles en vacances."
Accompagner

Les travailleurs sociaux sont chargés d’évaluer régulièrement chaque situation :
"Nous vérifions que la personne accueillie fait l’objet de l’attention et des soins que son âge et son état requièrent. Nous accompagnons les familles d’accueil, organisons des rencontres de formation et d’échanges", souligne Monique Gastinger.

Alors que le Bas-Rhin compte 80 familles accueillant 120 personnes, le Haut-Rhin ne compte qu’une trentaine de familles d’accueil : "La réglementation de l’accueil n’a pas donné lieu à une hausse spectaculaire des demandes. Mais un processus dynamique est en marche. Il y a de réelles perspectives. Nous travaillons en réseau avec des associations comme l’Apa, l’APF, les Papillons Blancs, avec les services hospitaliers, pour faciliter l’accueil en famille de personnes handicapées ou âgées," explique-t-on au conseil général qui a édité un Guide pratique. Pour la direction de la solidarité du Département du Haut-Rhin, cette formule d’hébergement est appelée à prendre de l’essor grâce à "l’énergie investie par les familles d’accueil".

SE RENSEIGNER : Conseil général, direction de l’entraide sociale, 7 rue Bruat 68006 Colmar Cedex, tél. 03.89.22.66.14.

Témoignage

Avec de la douceur et de l’amour

Dans leur maison de Hindlingen, Hélène et Charles Gschwind accueillent Marie-Christine, jeune femme handicapée. Rencontre.

JPEG - 42.3 ko

"Qu’est-ce qui vous a amenés à devenir famille d’accueil ?

Nous aimons beaucoup les enfants. Nous en avons eu trois : Anne-Marie qui aujourd’hui a 40ans, Jean-Pierre qui a 39 ans et Joëlle, 34 ans. Une fois qu’ils avaient quitté la maison, nous avons choisi d’accueillir des enfants en difficulté, placés par le service de protection de l’enfance. Nous avons volontairement attendu que les nôtres soient grands pour que personne ne se sente lésé affectivement. Depuis 1984, huit enfants ont vécu avec nous. Certains ne sont restés que quelques mois, d’autres plusieurs années. Marie-Christine est arrivée quand elle avait 10ans. Aujourd’hui, elle a 25ans. Son handicap ne lui permet pas d’être autonome, de vivre seule. Elle a manifesté le désir de rester avec nous. Elle ne supporterait pas de vivre en foyer. C’est ainsi, tout naturellement, que nous sommes devenus famille d’accueil pour personne handicapée adulte. Vivre ensemble durant quinze ans, ça crée des liens très profonds.

Est-ce un métier comme un autre ?

Non, ce n’est pas un travail. C’est plutôt une vocation. Il faut simplement pouvoir donner beaucoup d’amour, avoir de la patience, du doigté, de la finesse, du calme. Il faut que la personne accueillie se sente aimée. Quand Marie-Christine est arrivée chez nous, nous craignions de ne pas y arriver. Il a fallu un travail de chaque jour pour qu’elle prenne confiance en elle, qu’elle s’ouvre aux autres. Aujourd’hui, nous avons la satisfaction de voir que nos enfants et ceux que nous avons accueillis vont bien, que Marie-Christine a fait beaucoup de progrès. Elle fait partie de la famille, participe aux fêtes. Nos trois enfants nous ont bien aidés : ils l’ont adoptée comme une sœur, et même plus. Et Marie-Christine donne en retour beaucoup d’affection à nos enfants et petits-enfants. C’est une grande joie. La grand-mère a vécu avec nous, dans cette maison : c’était important pour tous les enfants accueillis de vivre avec la mémé. Ils ont exprimé une très grande tristesse à sa mort.

Cet engagement ne nécessite-t-il pas une disponibilité démesurée ?

Au départ, l’accueil d’enfants était une manière de concilier vie de famille et activité rémunérée. Nos parents âgés vivaient avec nous et nous tenions à ce qu’ils puissent rester à la maison. Aujourd’hui, Marie-Christine travaille en journée au CAT de Dannemarie : elle part en souriant et revient en souriant. Elle part en vacances en milieu protégé. Quand nous partons en vacances, c’est notre fille aînée qui s’occupe de Marie-Christine. Nos trois enfants se sont engagés à la prendre en charge s’il nous arrivait un pépin. La vie à la campagne facilite-t-elle l’accueil ? Cela aide sans doute. Marie-Christine aime le calme, les fleurs. Elle a une relation forte avec la nature. Nous avons une grande maison, toujours pleine de vie. Et des animaux : Marie-Christine vit une grande complicité avec le cheval, elle a beaucoup d’affection pour Choupinette, le chien.

Avez-vous des regrets ?

Un seul : de ne pas avoir pu sortir de l’orphelinat plus d’enfants pour les rendre heureux. Pour beaucoup de gens, accueillir dans sa maison un enfant, une personne handicapée ou âgée, ça paraît lourd. Pour nous, c’est simple, ça nous fait du bien, ça fait du bien à ceux que nous accueillons, c’est là l’essentiel. Pour la plupart des gens, c’est une bonne chose que de pouvoir vivre en famille. Nous-mêmes, nous n’aimerions pas vivre nos derniers jours en maison de retraite."

Propos recueillis par Élisabeth Schulthess

Famidac.fr

Le site Internet http://www.famidac.fr est une mine d’informations sur l’accueil familial. Il a été créé par Etienne Frommelt, un Alsacien de Buhl, établi depuis une trentaine d’années en Ardèche où il accueille des personnes âgées et/ou handicapées dans sa maison. Il gère ce site avec d’autres bénévoles de l’association Accueils Pluriels. Ils mettent en ligne et réactualisent toutes les informations pratiques et juridiques nécessaires. Mises en relation, annonces gratuites de recherche de famille d’accueil, coordonnées de familles adhérentes et d’associations dans toute la France, liens et ressources, forum de discussion... en font un site utile et vivant.

"Sur famidac.fr, les familles d’accueil agréées et leurs partenaires additionnent leurs compétences pour offrir aux enfants et aux adultes handicapés des activités et des services adaptés, pour permettre aux personnes âgées d’échapper à l’isolement, pour que malades et convalescents puissent enfin quitter l’hôpital...".

Dernière mise à jour : vendredi 28 août 2009

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui mesurent la fréquentation de ce site et vous permettent de le partager sur les réseaux sociaux.

Association Famidac © 1998-2016. Reproductions partielles autorisées avec la mention "Source : famidac.fr"
Qui sommes-nous ? | Adhésion | Merci de nous signaler toute erreur ou anomalie | Site réalisé avec SPIP

11 visiteurs (dont 7 sur le forum)

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui mesurent la fréquentation de ce site et vous permettent de le partager sur les réseaux sociaux.

Association Famidac © 1998-2016. Reproductions partielles autorisées avec la mention "Source : famidac.fr"
Qui sommes-nous ? | Adhésion | Merci de nous signaler toute erreur ou anomalie | Site réalisé avec SPIP