Lettre ouverte à l’UNAPEI

Cette page est provisoire : nous l’effacerons avec plaisir, le jour où
l’UNAPEI découvrira les accueils familiaux...

Lettre ouverte à l’UNAPEI

Rocles, le 03/01/02

J’aime pas le minibus qui passe, à l’aube, "planquer" ceux qui ne
sont pas "normaux".
J’aime pas voir les handicapés en troupeaux.
J’aime mieux la vie tous ensemble, jeunes et vieux, dégourdis ou pas, mais en
tous cas sans champions, ni perdants, ni exclus.

Non à la pétition de l’UNAPEI :

Bonjour,

Ca fait 4 fois que je reçois votre pétition (voir ci-dessous).

Un de mes parents est handicapé mental. Pourtant, je ne la signerai pas. Voici
pourquoi.

Ce qui me dérange, c’est que votre pétition ne parle quasiment que de
créations et de financements d’établissements. Bien sûr, aucune famille ne
remplacera jamais un établissement - comme aucun établissement ne remplacera
jamais une famille...

Quel avenir proposez-vous aux handicapés dont les parents vieillissants ne
peuvent plus s’occuper ?
J’en connais plein qui, jusqu’à 50 ans, vivaient heureux, avec papa maman.
Certains donnant des coups de main à la maison, d’autres passant leurs
journées en CAT, d’autres encore juste de temps en temps en hôpital de
jour.
Dans tous les cas, avec un foyer chaleureux, un bon lit, énormément
d’affection.

Ces belles histoires finissent systématiquement par le décès d’un des
parents, suivi des problèmes de santé de l’autre. N’avez-vous jamais imaginé,
à l’UNAPEI, aucune alternative au placement en établissement ? N’y a-t-il rien
d’autre à promouvoir que des bâtiments en béton ? D’accord, il en faut. Mais
ça ne suffit pas.

Qu’attendez-vous pour favoriser le développement de relations solidaires
entre familles naturelles et familles d’accueil ? Trop souvent, au village,
même les voisins "complices", bien au courant des problèmes de cet
adulte handicapé, ignorent tout de cette possibilité, encadrée par
la loi du 10 juillet 89. Certains d’entre eux pourraient pourtant, le
moment venu, prendre la relève... On ne sait pas, donc on ne fait pas. Donc il s’en va finir ses jours loin, à
l’abri des regards.

On a bonne conscience. On a vendu ou acheté des brioches, pour la
construction d’un truc où il sera certainement très bien soigné. Il finira
par s’y faire.
D’ailleurs, le tri sélectif est à la mode. Les gens normaux en liberté, les
handicapés en établissements, les vieux en maisons de retraite.

Vous écrivez : "je condamne les discriminations dont les personnes
handicapées mentales et leurs familles sont les victimes et je demande qu’elles
disposent de tous les moyens de leur dignité."

Construire des ghettos n’a jamais restauré la dignité de personne. Tant que
vous ne préparerez que ce type d’avenir, je n’irai plus vendre vos brioches.
Désolé. Mais c’est avec bonheur que j’y retournerai le jour où nous
parviendrons enfin à additionner nos énergies. Parents, établissements,
familles d’accueil...

Etienne Frommelt
Accueillant familial

PS : Adoptée le 18/12/01, la Loi de modernisation sociale prévoit
d’importantes modifications de la loi de 89.
Entre autres nouveautés : les établissements
assurant l’hébergement de personnes âgées ou d’adultes handicapés pourront employer des accueillants familiaux accueilant familial
accueillants familiaux
Agréés pour prendre en charge à leur domicile des personnes âgées ou handicapées adultes n’appartenant pas à leur propre famille, les accueillants familiaux proposent une alternative aux placements en établissements spécialisés.
...

----- Message d’origine -----

De : UNAPEI (disc@unapei.org) à : undisclosed-recipients
Envoyé : mercredi 2 janvier 2002 17:10

Objet : La pétition nationale de l’UNAPEI peut maintenant être signée en
ligne

Bonjour,

Vous pouvez maintenant signer la pétition en ligne à cette adresse : http://www.unapei.org/Petition/Petition.html#Soutien

Texte de la Pétition nationale :

"Je soutiens l’UNAPEI, je demande :

  • la scolarisation des 6000 enfants et adolescents handicapés mentaux laissés pour compte, en créant les budgets ainsi que les postes d’enseignants et d’éducateurs nécessaires ;
  • la création de 10 000 places pour l’accueil des personnes gravement handicapées toujours sans solution ;
  • la création de 20 000 places de travail protégé pour les personnes handicapées mentales sans emploi adapté ;
  • un véritable statut des personnes handicapées mentales âgées et vieillissantes garantissant leur dignité ;
  • la modernisation de la loi sur la protection juridique des personnes vulnérables et en danger ;
  • l’amélioration des budgets des établissements et des services spécialisés pour un accueil et un accompagnement de qualité ;
  • la réforme des études pour une véritable formation des médecins et des enseignants au handicap.

Je soutiens l’UNAPEI, je condamne les discriminations dont les personnes
handicapées mentales et leurs familles sont les victimes et je demande qu’elles
disposent de tous les moyens de leur dignité."

UNAPEI
Union Nationale des Associations de Parents et Amis de Personnes Handicapées
Mentales
15 rue Coysevox - 75876 PARIS CEDEX 18 - FRANCE
Téléphone : 01-44-85-50-50 - Télécopie : 01-44-85-50-60


De : "B.mercenne.agir" (parent d’un adulte handicapé mental) À : famidac@yahoogroupes.fr ,
jeudi 3 janvier 2002 17:05

Bonjour Etienne,

Il est bien évident que dans le cas que je défends le mieux possible, c’est
à dire celui des parents "vieillissants" qui assurent la garde
permanente de leur "enfant", adulte handicapé (ce qui est le cas de
60.000 familles en France), en prônant autre chose que les solutions existantes
(en plus et non pas à la place) j’adhère entièrement à ton message et
espère qu’il sera entendu "un jour prochain " pas trop
éloigné.

Comment le relayer auprès de l’UNAPEI pour lui donner le maximum de poids et
espérer obtenir une réponse ?
(...) Il faut absolument aider les parents dont
les enfants sont "un peu trop ceci" ou "pas assez cela" et
que l’on laisse sur le bord du chemin, qui n’intéressent pas les "grandes
associations" : pourquoi ?

Très cordialement, Bernard Mercenne

E. F. - réponse : n’hésitez pas à diffuser cette lettre ouverte aussi
largement que possible, en espérant que l’UNAPEI daigne enfin y répondre...


De : "famidac.fr" À : famidac@yahoogroupes.fr
mercredi 25 septembre 2002

Le directeur de l’UNAPEI nommé délégué aux personnes handicapées

Bonsoir,

Patrick Gohet, directeur général de l’UNAPEI, vient d’être nommé
délégué interministériel aux personnes handicapées (voir ci-dessous). Je
crains que la politique du "tout établissements" s’intensifie et
qu’on oublie encore les accueillants familiaux... En tous cas, l’UNAPEI n’a
jamais pris la peine de répondre à notre lettre ouverte et à nos propositions
de coopération. Espérons tout de même...

Cordialement, Étienne Frommelt


De : UNAPEI (disc@unapei.org) à Entrevous@yahoogroupes.fr,
mercredi 25 septembre 2002

(...) PARIS, 25 sept (AFP) - Patrick Gohet a été nommé, mercredi en
conseil des ministres, délégué interministériel aux personnes handicapées
sur proposition de la secrétaire d’Etat aux Personnes handicapées, annonce le
communiqué du conseil.

Patrick Gohet est directeur général de l’Union nationale des amis et
parents des personnes handicapées mentales (UNAPEI). Il remplace au poste de
délégué interministériel Patrick Segal, qui a été nommé en avril
inspecteur général des affaires sociales.

Les réactions l’UNAPEI

L’UNAPEI accueille avec une grande satisfaction la nomination d’un délégué
interministériel aux personnes handicapées, en particulier, compte tenu du
fait que la politique du handicap, pilotée par le Ministère et le Secrétariat
d’Etat, que dirigent M. Jean-François MATTEI et Mme Marie-Thérèse BOISSEAU,
concerne de nombreux départements ministériels.

Elle se réjouit tout particulièrement du fait que le titulaire de cette
fonction émane du monde associatif et qu’il s’agisse plus précisément de son
ancien Directeur Général.

Elle remercie celui-ci pour la part importante qu’il a prise, au cours des
quinze dernières années, dans le développement et la réussite de
l’UNAPEI.

Handicap : quatre mesures nouvelles pour un grand chantier du quinquennat

PARIS, 25 sept (AFP) - Le projet de loi de finances pour 2003 comporte quatre
mesures nouvelles en faveur des personnes handicapées, un des grands chantiers
annoncé par le président de la République dans son discours du 14 juillet
2002, a-t-on appris auprès du ministère des Finances.

La plus importante de ces mesures, dont le coût n’a pas été détaillé,
concerne la création de 3.000 nouvelles places dans les centres d’aide par le
travail (CAT). Selon les derniers chiffres publiés par l’Agefiph (Association
Gérant le Fonds pour l’Insertion Professionnelle des Personnes Handicapées),
près de 89.000 travailleurs handicapés sont employés dans 1.313 CAT.

Le projet de budget 2003 prévoit également de "développer 500
nouveaux postes d’auxiliaires d’intégration scolaire à la rentrée 2003 pour
aider à la scolarisation des enfants handicapés". Selon une enquête d’un
collectif d’associations du secteur publiée en mars dernier, 13.000 enfants
handicapés en France étaient recensés comme "en attente de solutions
éducatives" et 25.000 accueillis en établissements médico-sociaux.

La troisième mesure "accroît de 400 le nombre de postes d’auxiliaire
de vie destinés à favoriser le maintien à domicile des personnes
handicapées". Début septembre le ministère de la Santé a publié une
étude qui chiffre à 25% des deux millions d’adultes handicapés vivant chez
eux, ceux qui sont assistés à la fois par des aidants professionnels et des
proches, à 13% ceux qui sont aidés uniquement par des professionnels et à 66%
ceux qui sont aidés uniquement par des non-professionnels.

Enfin le gouvernement annonce qu’il créera 30 nouveaux sites de vie autonome
en 2003. Créés en 2000, il y en avait 47 fin 2001. Ces sites départementaux
réunissent des équipes multi-professionnelles capables d’évaluer la situation
de chaque personne handicapée, quel que soit son handicap, pour définir un
plan d’aide individuel complet (aides, assistance technique, logement, etc.). Le
texte ajoute que le gouvernement compte "réussir la mobilisation de toute
la société à l’occasion de l’Année européenne du Handicap" en
2003.


De : "B.mercenne.agir" (parent d’un adulte handicapé mental) À : famidac@yahoogroupes.fr, jeudi
26 septembre 2002

Bonjour Etienne,
J’ai appris hier matin la nouvelle de cette nomination et cela m’a amené la
même réflexion que toi. Que penserais tu de relancer l’UNAPEI sur cette
lettre en marquant combien de parents sont "sur le carreau" et dans l’inquiétude
devant l’avenir ? On est pour le moment bien loin des 75
propositions du rapport Blanc
Très cordialement
Bernard Mercenne

Post Scriptum

PDF - 316.6 ko
UNAPEI
L’avancée en âge des personnes handicapées mentales

Octobre 2009 : l’UNAPEI publie un document citant enfin l’hébergement en familles d’accueil dans une liste de solutions à développer (L’avancée en âge des personnes handicapées mentales, page 14)

Dernière mise à jour : vendredi 15 janvier 2010

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui mesurent la fréquentation de ce site et vous permettent de le partager sur les réseaux sociaux.

Association Famidac © 1998-2016. Reproductions partielles autorisées avec la mention "Source : famidac.fr"
Qui sommes-nous ? | Adhésion | Merci de nous signaler toute erreur ou anomalie | Site réalisé avec SPIP

10 visiteurs (dont 7 sur le forum)

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui mesurent la fréquentation de ce site et vous permettent de le partager sur les réseaux sociaux.

Association Famidac © 1998-2016. Reproductions partielles autorisées avec la mention "Source : famidac.fr"
Qui sommes-nous ? | Adhésion | Merci de nous signaler toute erreur ou anomalie | Site réalisé avec SPIP