Protocole d’agrément des familles et modalités d’intégration d’un patient

Patricia PRINCET, Assistante des hôpitaux, Service du Dr A. CHEVALLIER,
CHS Fains-Veel, 55000 Bar-le-Duc - Actualités psychiatriques n°2-3, 1993 (extraits)

Accueil familial Accueil familial Mode d’accueil alternatif au maintien à domicile et au placement en établissement spécialisé : les personnes handicapées ou âgées sont prises en charge au domicile de particuliers agréés et contrôlés par les conseils départementaux (ou par des établissements de santé mentale). thérapeutique pour adultes : Protocole d’agrément des familles et modalités d’intégration d’un patient

Depuis l’arrêté du 1er octobre 1990, le placement familial pour adultes a un cadre législatif et administratif. En nous inspirant des théories et des techniques systémiques, nous avons élaboré un protocole d’agrément des familles d’accueil. Parallèlement, le patient est préparé à ce changement. Une fois la famille agréée, l’intégration se fait de façon progressive. Enfin, un suivi régulier est assuré par notre équipe. Notre expérience porte actuellement sur 15 candidatures de familles d’accueil.

Le placement familial ou plus justement l’accueil familial thérapeutique AFT
Accueil Familial Thérapeutique
Des personnes souffrant de troubles mentaux peuvent être prises en charge au domicile de particuliers formés, agréés et employés par des établissements psychiatriques.
, est une alternative intéressante à l’hospitalisation des patients dits "malades mentaux", nécessitant un soutien psychologique et matériel constant. Bien que pratiqué depuis le Moyen Age, l’accueil dans une famille d’un malade n’a été reconnu d’un point de vue législatif en France qu’en 1963.

Très récemment, un arrêté du 1er octobre 1990 définit la notion de service d’accueil familial thérapeutique. La parution de ces textes nous a conduit à réfléchir sur l’élaboration d’un protocole d’agrément d’une famille pour un accueil thérapeutique et les modalités d’intégration d’un patient dans ce nouveau cadre de vie. (...)

2.3 Commission d’agrément

Cette commission réunit le directeur de l’établissement, le médecin chef du service, le psychiatre responsable technique des accueils familiaux, le ou la psychologue, l’assistante sociale, le surveillant chef et un infirmier référent. Elle a pour rôle de délivrer l’agrément, pour les différentes familles candidates, à l’issue de ces entretiens. Chaque discipline professionnelle (médicale, psychologique, sociale et infirmière) expose ses arguments en vue ou non d’un agrément. Puis la commission statue.

3 But de ce protocole

Ce protocole rigoureux, outre la sélection d’une famille d’accueil, a pour but d’insister sur la vocation thérapeutique des accueils familiaux. Il permet à la famille de se préparer à leur nouvelle tâche, aux transformations qu’elle va susciter dans leur famille un peu comme l’arrivée d’un nouvel enfant. Or une grossesse dure neuf mois...

Protocole d’intégration du patient et suivi

1 - Préparation du patient

Parallèlement au choix de la famille, nous avons aussi la préoccupation de préparer le patient à ce changement de vie. Ceci nécessite du temps, de la patience et se fait par l’intermédiaire de plusieurs entretiens avec le patient et la coopération de l’équipe infirmière du pavillon où il vit actuellement. On prend aussi le soin d’informer la famille d’origine s’il y en a une. Nous la prévenons et lui expliquons le but de notre projet d’accueil familial et dès que l’agrément est effectué, nous organisons une rencontre entre les deux familles. Enfin, afin d’apprécier l’éventuelle évolution clinique du patient, nous réalisons un entretien vidéo avec celui-ci.

2 - Intégration du patient dans la famille

Cette intégration se fait progressivement sous la direction du psychiatre responsable technique des accueils familiaux et avec l’aide des infirmiers référents. On présente tout d’abord le patient à la famille. Dans un premier temps, on évoque le cas de ce patient en dehors de sa présence (diagnostic, biographie, particularités de la prise en charge (troubles pathologiques, traitement, caractère), capacités et goûts du patient). Puis le patient fait la connaissance de la famille d’accueil. Ceci a lieu au sein de l’établissement dans un lieu neutre.

Une visite d’une demi-journée est ensuite organisée pour permettre au patient de faire connaissance de son nouveau lieu de vie. Il est accompagné du psychiatre responsable technique des accueils familiaux et des infirmiers référents. Enfin, après plusieurs week-ends passés dans la famille (le nombre variant selon les cas et la nécessité) et une semaine d’essai, le placement est définitif.

Lors du premier week-end, le psychiatre reste disponible à toute heure afin de répondre aux éventuels problèmes que pourrait rencontrer la famille d’accueil. Parallèlement, au vu de ces premières rencontres, des compétences du patient et du désir de la famille d’accueil, un projet thérapeutique est établi. Il peut servir de guide pour la famille, mais permet aussi d’apprécier ultérieurement l’évolution. Le suivi est effectué de façon régulière par l’équipe d’accueil familial. Il comporte :

  • Une consultation médicale au centre hospitalier auprès du psychiatre. Le but est de faire un bilan mensuel de la situation, d’essayer de résoudre les éventuels problèmes, de conforter la famille dans son rôle thérapeutique. Le patient est dans un premier temps vu seul, puis avec la famille, ceci afin de bien dissocier pathologie mentale et projet thérapeutique d’accueil.
  • Une visite à domicile par un infirmier référent une fois par semaine, au début. Il a été mis en place un dossier de soins rassemblant toutes les informations médicales et paramédicales et le suivi du patient.
  • Une visite à domicile de l’assistante sociale, une fois par mois afin de répondre aux différents problèmes d’ordre social qui pourraient apparaître.

Ce suivi est complété par la mise à la disposition d’un numéro de téléphone où la famille peut avoir un contact à toute heure en cas d’urgence. Nous sommes, par ailleurs, toujours disponibles pour recevoir la famille et le patient en dehors des consultations ou visites à domicile prévues. Enfin, nous nous mettons en contact directement avec le médecin traitant de la famille d’accueil, afin de lui expliquer la situation et la pathologie du patient ainsi que la marche à suivre en cas d’urgence psychiatrique ou somatique.

Conclusion

Cette procédure peut paraître lourde et longue, mais malgré cela, au vu de l’expérience que nous avons acquise, nous estimons qu’elle est nécessaire. En effet, nous ne pouvons nous permettre d’introduire chez une famille un patient au risque de la déstabiliser et de créer des drames familiaux. Ceci n’est souhaitable ni pour la famille, ni même pour le patient qui souvent exprime beaucoup d’espoir face à ce projet.

Ce protocole a aussi pour ambition d’éviter l’échec pour quelque raison que ce soit et, si celui-ci apparaît, d’éventuellement le solutionner ou du moins le comprendre afin de ne pas le reproduire. Notre expérience actuelle se résume sur un an à :

  • 15 candidatures de familles d’accueil,
  • 6 familles retenues pour passer le protocole d’agrément, les autres s’étant éliminées d’elles-mêmes soit par désistement, soit parce qu’elles ne répondaient pas aux critères administratifs requis
  • 3 placements réalisés pour des patients (2 femmes et 1 homme) présentant un tableau de débilité moyenne avec troubles caractériels s’étant amendés avec le temps. Les deux femmes avaient un lourd passé psychiatrique avec une durée d’hospitalisation de 30 ans. L’homme n’était dans l’établissement que depuis un an, auparavant il vivait avec sa mère, décédée depuis.
  • 3 familles en cours d’agrément,
  • 1 placement parmi les 3 cités précédemment ayant dû être interrompu à la suite de la mutation professionnelle de la famille d’accueil.

Globalement, le bilan peut être considéré comme positif. En effet, tous les patients placés, y compris celui pour lequel le placement a été interrompu, ont fait des progrès : plus grande autonomie, plus grand respect d’autrui, prise en charge de son aspect physique, intégration à une vie de famille harmonieuse. En conclusion, même si ses indications restent limitées et si une entreprise à plus grande échelle ne peut être envisagée, compte tenu du rigorisme de notre procédure, l’accueil familial thérapeutique représente une alternative plus qu’intéressante pour ces patients qui ne peuvent se suffire à eux-mêmes et qui sans cela seraient condamnés à passer toute leur vie en institution.

ANNEXES

Annexe 1, Annonce parue dans le journal local :

Le centre hospitalier spécialisé de F..., recherche en qualité de salariées des Familles d’Accueil pour des personnes psychologiquement dépendantes. Offre de Candidature à adresser à : Monsieur le Directeur du CHS de F...

Annexe 2 : Notice d’information sur l’accueil familial thérapeutique

L’accueil familial thérapeutique a pour but d’offrir à des personnes psychologiquement dépendantes qui peuvent bénéficier de soins médicaux sans hospitalisation, un cadre d’existence familial qu’aucun de leurs parents n’est susceptible de leur fournir. Le CHS recherche des familles pour ces personnes.

L’accueil familial thérapeutique est réalisé avec l’aide d’une équipe soignante composée du médecin chef du service concerné, d’un médecin psychiatre responsable technique du service d’accueil familial, d’un médecin généraliste, d’une assistante sociale, du surveillant chef du service et d’infirmiers référents des patients concernés. La famille d’accueil est tout d’abord soumise à une procédure d’agrément comportant une enquête sociale et plusieurs entretiens avec l’équipe soignante.

A la suite de l’agrément, la famille d’accueil devient partie prenante d’un projet thérapeutique spécifique au patient. L’intégration du patient se fait de façon progressive avec l’aide de l’équipe soignante, qui assure aussi un suivi régulier. En contrepartie de ses services, la famille reçoit une indemnité financière [...]

Dernière mise à jour : vendredi 11 mai 2007

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui mesurent la fréquentation de ce site et vous permettent de le partager sur les réseaux sociaux.

Association Famidac © 1998-2016. Reproductions partielles autorisées avec la mention "Source : famidac.fr"
Qui sommes-nous ? | Adhésion | Merci de nous signaler toute erreur ou anomalie | Site réalisé avec SPIP

23 visiteurs (dont 11 sur le forum)

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui mesurent la fréquentation de ce site et vous permettent de le partager sur les réseaux sociaux.

Association Famidac © 1998-2016. Reproductions partielles autorisées avec la mention "Source : famidac.fr"
Qui sommes-nous ? | Adhésion | Merci de nous signaler toute erreur ou anomalie | Site réalisé avec SPIP