2000 : Sarthe : des mamies mises au vert et heureuses de l’être

Auteur : Jean-Luc GAGNEUX - "Le Maine Libre", 02/09/2000

Le système de la Famille d’accueil permet à des personnes âgées de continuer à vivre dans un cadre sécurisant, entourées d’amitié et d’affection. Cette formule connaît un très grand succès dans la Sarthe.

Qu’est-ce qui peut motiver un couple travaillant dans la région parisienne, elle cadre administrative dans le Bâtiment, lui cuisinier, à venir s’installer et vivre pour de bon au cœur de la campagne sarthoise ? La perspective de devenir famille d’accueil, par exemple.

JPEG - 41.8 ko

C’est le choix qu’ont fait Sylviane et Gérard Belland, qui ont acheté une ancienne femme à Torcé-en-Vallée, "La Barbotière", endroit calme et pimpant, uniquement perturbé par le clapotis du bassin. A la suite de circonstances familiales, Sylviane Belland obtient son diplôme d’aide-soignante, ce qui lui permet de prétendre à accueillir une personne âgée en résidence.

L’agrément s’obtient auprès de la DISS (Direction des Interventions Sanitaires et Sociales). Le texte, laconiquement, prévoit qu’il y ait "une pièce de 9 m2, chauffée, avec un point d’eau". A La Barbotière, il y a évidemment bien plus que cela : trois belles chambres individuelles, avec le charme irremplaçable des vieilles demeures champêtres. Aussi, I’agrément famille d’accueil ne tarde-t-il pas à être délivré.

Une première dame s’installe en 1995, suivie d’une deuxième pensionnaire, la même année. "A l’arrivée de Rachel, se souvient Sylviane Belland, il s’est passé quelque chose : toute la famille, y compris notre fils Jonathan, a éprouvé un véritable coup de foudre pour elle, que nous avons tout de suite considérée comme notre grand-mère". Mais un jour, Rachel, sans bruit, s’en va. La mort, hélas, sépare toujours ceux qui s’aiment.

Pour demeurer présente jusqu’au bout, jusqu’à la dernière seconde, Sylviane Belland suit, avec un psychologue, une formation d’accompagnement de fin de vie. En 1996, Gérard, son mari, met fin à son activité de cuisinier, pour se consacrer à temps plein à La Barbotière.

"L’avantage d’être deux, observe Mme Belland, c’est que l’un d’entre nous accompagne une pensionnaire hospitalisée, l’autre peut rester : les résidents ne se sentent jamais seuls".

Le terme "Famille d’accueil" le laisse entendre : à La Barbotière, la vie est parfaitement familiale. Les repas sont pris en commun, même lors des fêtes, même à Noël. La promenade au grand air est quotidienne. Les soirées sont libres, chaque pensionnaire disposant de la télé dans sa chambre.

"Nous agissons exactement comme si elles étaient nos propres grands-mères", assure Sylviane Belland.

En mai dernier, La Barbotière sollicitait et obtenait son troisième agrément. A ce jour, la place est vacante. La Sarthe est fort bien pourvue, car on y trouve 280 familles d’accueil, alors que dans les départements voisins, la moyenne oscille entre 70 et 80.

Post Scriptum

Le Conseil Général de la Sarthe a refusé, en 2011, de renouveler l’agrément de Sylviane et Gérard Belland, qui ont contesté cette décision et déposé une demande de recours contentieux auprès du Tribunal administratif de Nantes.

Dernière mise à jour : mardi 22 mai 2012

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui mesurent la fréquentation de ce site et vous permettent de le partager sur les réseaux sociaux.

Association Famidac © 1998-2016. Reproductions partielles autorisées avec la mention "Source : famidac.fr"
Qui sommes-nous ? | Adhésion | Merci de nous signaler toute erreur ou anomalie | Site réalisé avec SPIP

16 visiteurs (dont 8 sur le forum)

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui mesurent la fréquentation de ce site et vous permettent de le partager sur les réseaux sociaux.

Association Famidac © 1998-2016. Reproductions partielles autorisées avec la mention "Source : famidac.fr"
Qui sommes-nous ? | Adhésion | Merci de nous signaler toute erreur ou anomalie | Site réalisé avec SPIP