2008 : Une octogénaire dépouillée par ses hôtes à Carvin

Auteur : Sébastien ROSELÉ, mercredi 04/06/2008 - La Voix du Nord

ABUS DE FAIBLESSE

Une octogénaire aurait été victime d’un couple de Carvin qui lui aurait soutiré près de 500.000 euros entre 1998 et 2005. La personne âgée vit désormais d’aides sociales. Le dossier a été transmis au parquet du tribunal de Béthune.

La dame de 88 ans vit maintenant dans une famille d’accueil du Ternois et reçoit des aides pour boucler ses fins de mois. Mais à l’origine, cette femme vivait à Armentières. Un jour, sa femme de ménage lui propose, pour qu’elle se sente moins seule, de venir habiter chez elle et son mari.

L’octogénaire accepte. Elle suivra ses hôtes quand ils déménageront à Carvin. Sur les conseils du couple, elle vendra son appartement. Selon les gendarmes de Lens qui ont mené l’enquête, le couple se serait fait remettre des cadeaux par sa pensionnaire : cuisine équipée, voiture neuve, voyages... Au total, le montant du préjudice avoisine les 500.000 euros. Mais, préviennent les militaires, pas de violence ni de maltraitance envers la personne âgée.

Dans cette affaire, les choses se gâtent quand les fonds s’épuisent. Il faut dire que l’épouse, qui a la manie du jeu, aurait dépensé tout l’argent de la pensionnaire. Les cadeaux que le couple s’était octroyés sont revendus. Malgré cela, les finances du couple sont un naufrage.

Ne pouvant plus subvenir aux besoins élémentaires de sa pensionnaire, le couple entreprend des démarches auprès des services sociaux. L’octogénaire sera finalement placée dans une famille d’accueil près de Saint-Pol-sur-Ternoise. C’est cette famille qui conseillera à la personne âgée de porter plainte.

Les gendarmes ont dû remonter loin dans les comptes du couple, ce qui a pris du temps. Finissant par obtenir suffisamment d’éléments concrets, ils ont interpelé le couple et l’ont mis en garde à vue fin mai. Les Carvinois ont été laissés libres. La procédure a été transmise au parquet de Béthune.

Les mis en cause sont interdits bancaires. L’octogénaire, elle, tente de vivre avec les aides allouées par les services sociaux.

SÉBASTIEN ROSELÉ

Post Scriptum

Morale de cette histoire : refusez toute proposition d’accueil non agréée.

Article L443-6 du Code de l’action sociale et des familles :

Le couple ou la personne accueillant familial et, s’il y a lieu, son conjoint, la personne avec laquelle elle a conclu un pacte civil de solidarité ou son concubin, ses ascendants ou descendants en ligne directe, ne peuvent profiter de dispositions entre vifs ou testamentaires en leur faveur par la ou les personnes qu’ils accueillent (...).

Dernière mise à jour : mercredi 12 janvier 2011

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui mesurent la fréquentation de ce site et vous permettent de le partager sur les réseaux sociaux.

Association Famidac © 1998-2016. Reproductions partielles autorisées avec la mention "Source : famidac.fr"
Qui sommes-nous ? | Adhésion | Merci de nous signaler toute erreur ou anomalie | Site réalisé avec SPIP

18 visiteurs (dont 11 sur le forum)

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui mesurent la fréquentation de ce site et vous permettent de le partager sur les réseaux sociaux.

Association Famidac © 1998-2016. Reproductions partielles autorisées avec la mention "Source : famidac.fr"
Qui sommes-nous ? | Adhésion | Merci de nous signaler toute erreur ou anomalie | Site réalisé avec SPIP