Famidac.fr

Famidac, l'association des accueillants familiaux
et de leurs partenaires

Version imprimable de cet article Version imprimable

2006 - Enveloppes familiales thérapeutiques

7ème Congrès GREPFA France des 15 et 16 juin 2006 - Les Sables d’Olonne (extraits).

L’Accueil Familial Accueil familial Alternative au maintien à domicile et au placement en établissement spécialisé : les personnes handicapées ou âgées sont prises en charge au domicile de particuliers agréés et contrôlés par les conseils départementaux (ou par des établissements de santé mentale). L’accueil peut être permanent (contrat conclu pour une durée indéterminée) ou temporaire, à temps complet (24h/24) ou à temps partiel (exemple : accueil de jour), ou séquentiel (exemple : un weekend tous les mois). Thérapeutique donne la possibilité à un patient de reconstituer ses enveloppes psychiques en réparant les éléments de discontinuité, les trous, les béances liées aux carences, aux traumas, aux troubles de l’attachement précoce.

Le « holding » trouvé dans cette famille complémentaire (la famille d’accueil famille d'accueil Terme désuet et imprécis remplacé, depuis 2002, pour l’accueil d’adultes âgés ou handicapés, par l’appellation accueillant familial. Saisir "famille d’accueil" sur un moteur de recherche conduit à des sites traitant de placements d’enfants et/ou d’animaux maltraités : cherchez plutôt "accueil familial" ou "accueillants familiaux" ! ) apporte des possibilités de reconstruire une harmonie relationnelle entre le corps propre à travers les gestes du quotidien et les personnes vivant dans la famille d’accueil.

L’expérience de nombreuses années de pratique montre que, par les nouveaux points d’appuis proposés, il est possible pour ceux qui souffrent de troubles graves de la personnalité, d’intégrer ces nouvelles enveloppes aux différents éléments d’enveloppes qu’ils conservent de leurs expériences antérieures et de leurs liens actuels avec leurs familles naturelles.

Par superposition des différents éléments, ils peuvent restaurer leurs enveloppes psychiques, reprendre alors confiance dans leur capacité à penser et à agir de manière plus adaptée à l’environnement.

Cliquez ci-dessous sur les liens colorés pour accéder aux détails de certaines interventions !

Atelier 1 : Continuité / discontinuité

Attachements multiples et liens familiaux dans le placement familial
M. ANAUT (Lyon)

L’histoire d’Adélaïde : du traumatisme à la restauration de la vie psychique
S. LOEB (Lagny)

(...) Il s’agit de voir en quoi et comment une famille d’accueil intégrée dans un dispositif peut aider à retisser le fil d’une histoire meurtrie, tenter d’en recoudre les trous, d’avancer l’œuvre de la croissance psychique

Atelier 2 : Diversité des enveloppes

L’alchimie d’une rencontre : d’une vie en lambeau à un patchwork revitalisant
Équipe du C.M.P. d’Annecy

(...) malgré des soins et un accompagnement permanent, une psychothérapie de soutien et des psychotropes, Patrick n’arrive plus à gérer son quotidien. Il souhaite un éloignement du Foyer Sonacotra et révèle qu’il est victime de RACKET et semble être dépossédé depuis de nombreux mois de son compte bancaire.
Le travail que présente l’équipe d’Annecy est le fruit de 9 mois de rencontres pluridisciplinaires et « inter-unités » (CMP, Hospitalisation, AFT AFT
Accueil Familial Thérapeutique
Des personnes souffrant de troubles mentaux peuvent être prises en charge au domicile de particuliers formés, agréés et employés par des établissements psychiatriques.
) encadrées par Sylvain Lecoin, psychologue de l’unité d’AFT d’Annecy, et le Dr Madeleine Bernard

Qu’est ce qui commence par un « e » fini par un « e » avec une seule lettre entre les deux ?
L.PIERQUIN & l’équipe de Creil

(...) Éprouver de l’amour, et a fortiori le montrer, est impossible et dangereux. On risque alors d’être à la merci de l’autre : de sa violence, de son indifférence, de son rejet, de son absence, de sa mort. L’agitation, la dérision, la fausse indifférence sont autant d’enveloppes, ou plutôt de gangues, qui protègent contre le risque de blessure affective.

L’AFT séquentielle intégrée dans un dispositif de soins, pour un enfant violent : Alan.
M. REVEILLAUD & F. GUYOD (La Roche S/Yon)

(...) Les premières rencontres prennent la forme des psychothérapie kleiniennes, durant lesquelles Alan se livre à une œuvre de destruction : il ouvre systématiquement les fenêtres avec violence et fracas ; il envoie valdinguer le mobilier (...) m’assène des gifles magistrales, propose régulièrement de se livrer à des bras de fer ou des jeux de barbichette...

Atelier 3 : Identité entre famille d’origine et famille d’accueil

Se disant…. probable… d’environs….
R. PASSERA (Paris)

(...) Un questionnement s’impose d’emblée lorsque le nom est : « se disant », l’origine : « probable », l’âge : « d’environ » ; que va-t-il être transmis par les soignants à une famille d’accueil en plaçant une personne à l’identité incertaine ? Comment accompagner dans ces conditions, et le patient, et la famille d’accueil ? Comment aider le patient, dans cette situation, à se construire sa propre identité quand il s’agit, pour l’heure, de lui permettre de la retrouver ?

Enveloppe matérielle et humaine de la médiation thérapeutique
M. PAVELKA (Paris)

(...) « Stabilité, continuité, progressivité, élaboration » sont des caractéristiques structurelles et dynamiques de la médiation, afin d‟assurer la sécurité psychique pour l‟enfant et les conditions rassurantes pour les parents. Ceci étant dit, les repères du cadre sont aussi là pour être tantôt malmenés, transgressés ou assouplis. Mais même malmenés, ils exercent leur fonction d‟enveloppe contenante.

Atelier 4 : Enveloppes institutionnelles, cadre et législation

Le moi-peau budgétaire : « de la pelure d’oignon » à la dépense bénéfique
B. LACOUR & O. LEDRU (La Roche S/Yon)

La diffusion de l’A.F.T. en Italie
G. ALUFFI (Italie)

(...) par des interventions ciblées, transformer le milieu social d’une place de possible exclusion, en une place thérapeutique.

Séance pleinière

« T’as d’beaux draps tu sais »
Dr D. GORANS (Nantes)

(...) . Un jour elle m’a surpris en train de mordiller des
draps qu’elle venait de changer. Dès que mes premières dents sont sorties, j’y mettais
beaucoup d’application. Plus grand, je me souviens que j’élargissais les petits trous avec mes
doigts.
(...) le travail de Mauricette ressemblait à ce qui se passait pendant le packing : m’envelopper dans des draps sans trous pendant que je serrais contre moi mon drap à trous...

I. LEBLIC (Paris) : Relation entre les noms et la définition de la personne…