Famidac.fr

Famidac, l'association des accueillants familiaux
et de leurs partenaires

2017 : Accueil familial, alternative d’hébergement et projet de vie !

David Monchanin, magazine Déclic n°175, janvier - février 2017, pages 56 et 57.

Déclic, janvier - février 2017Votre enfant handicapé devient un jeune adulte… Pas à pas, vous allez devoir l’aider à construire son propre chemin. Et pourquoi pas avec l’hébergement pour adulte handicapé ? L’accueil familial Accueil familial Mode d’accueil alternatif au maintien à domicile et au placement en établissement spécialisé : les personnes handicapées ou âgées sont prises en charge au domicile de particuliers agréés et contrôlés par les conseils départementaux (ou par des établissements de santé mentale). est une alternative possible au centre spécialisé pour qu’il réalise sa vie dans un environnement affectif et sécurisant.

Définition d’accueil familial

Le terme bien connu de famille d’accueil concerne les mineurs et jeunes majeurs dans le cadre de la protection sociale. Sur le même principe, l’accueil familial s’adresse aux jeunes adultes handicapés ou aux personnes âgées. Ce dispositif existe depuis 1989. Il est réglementé par l’article de loi L441-1 sur les modalités d’agrément des accueillants familiaux accueilant familial
accueillants familiaux
Agréés pour prendre en charge à leur domicile des personnes âgées ou handicapées adultes n’appartenant pas à leur propre famille, les accueillants familiaux proposent une alternative aux placements en établissements spécialisés.
, dans le Code de l’action sociale et des familles.

À temps complet ou partiel, la personne accueillie est insérée dans la vie de famille. Pour bénéficier de cet hébergement pour adulte handicapé, il faut une orientation MDPH. Tout type de handicap peut être concerné. En France, près de 10.000 accueillants familiaux agréés accueillent 14.500 personnes dont 7.850 en situation de handicap (source Ifrep, 2015).

L’hébergement pour adulte handicapé : vivre comme à la maison

Le jeune adulte handicapé accueilli vit dans un environnement proche de celui qu’il a pu connaître. Il dispose d’un soutien médico-social au quotidien et peut poursuivre ou développer de nouvelles activités sociales, professionnelles… En d’autres termes, il s’agit d’une alternative plus souple qu’un accueil en centre spécialisé. Le conseil départemental fournit sur demande une liste de personnes agréées pour l’accueil des adultes handicapés.

L’accueil familial, bien plus qu’une solution d’hébergement - Photo istock

Un accompagnement bienveillant

Dans un premier temps, l’objectif de l’accueil est de pouvoir conserver ses repères et retrouver les activités qu’il faisait dans sa famille d’origine. Chaque accueillant familial élabore avec la personne (et/ou son représentant légal) un projet de vie. L’objectif est qu’il soit adapté au schéma familial qu’il connait, au handicap et aux envies de chacun.

Ce projet permet aussi de garantir la confiance entre l’accueillant et le jeune adulte handicapé. La relation a ainsi pour principe le bien-être de la personne et son libre-choix (sur le personnel médical, sur les correspondances avec ses proches…). De plus, la proximité géographique recommandée entre famille d’origine et accueil familial permet de conserver les liens construits.

L’accueil familial : un dispositif encadré et rassurant

Un accueillant familial est sélectionné sur des critères strictes. L’agrément est délivré soit par les services du conseil départemental, soit par un établissement de santé après le dépôt d’un dossier et une enquête sociale. La personne qui accueille dispose toujours d’une expérience professionnelle ou personnelle dans la prise en charge de personnes vulnérables. Plusieurs garanties existent pour rassurer les familles :

  • le recours immédiat à une personne « remplaçante » compétente en cas d’absence imprévue de l’accueillant familial.
  • les visites régulières des services ayant délivré l’agrément pour contrôler le lieu et vérifier le suivi médico-social du jeune adulte handicapé
  • un contrat de droit privé passé entre l’accueillant et l’accueilli (et/ou son représentant légal)
  • la formation de l’accueillant familial, au début puis tout au long de son exercice professionnel.

Pensez aux aides financières

Le coût de l’accueil familial pour un jeune adulte handicapé dépend notamment de la durée d’hébergement. Pour un temps complet, le montant peut s’échelonner de 1.400 à 2.000 euros par mois, selon le degré d’autonomie de la personne. La rémunération comprend :

  • le loyer pour la mise à disposition des pièces
  • le salaire de l’accueillant familial
  • des frais de services et d’entretien.

Pour faire face aux dépenses, vous pouvez solliciter :

Les différentes aides sociales à l’accueil familial pouvant être sollicitées démontrent que cette solution d’hébergement est bien considérée comme un lieu de vie, à part entière.

David Monchanin

Références

> Association des accueillants familiaux et de leurs partenaires (Famidac)