Famidac.fr

Famidac, l'association des accueillants familiaux
et de leurs partenaires

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF

Grève de la faim ou démarches raisonnables ?

Janvier 2022 : suite à la publication du livre-enquête "Les Fossoyeurs", de nombreux témoignages ternissent chaque jour un peu plus l’image des Ehpad... et renforcent l’intérêt des médias pour l’accueil familial Accueil familial Mode d’accueil alternatif au maintien à domicile et au placement en établissement spécialisé : les personnes handicapées ou âgées sont prises en charge au domicile de particuliers agréés et contrôlés par les conseils départementaux (ou par des établissements de santé mentale). .
Saisissons cette occasion pour mettre en valeur notre profession et pour rappeler nos revendications. Comment ?

:-O Un coup d’éclat suicidaire

Le 5 février 2020 Thérèse Bauwens, accueillante familiale à Lourches (Nord) pour l’accueil de 3 personnes âgées ou handicapées, s’installe dans son garage et démarre une grève de la faim pour dénoncer la faible rémunération de cette profession.
"Je demande l’augmentation de nos salaires, on travaille 24 heures sur 24, 365 jours par an, et je suis payée entre 2,5 et 3 heures de Smic par jour par personne accueillie",
Elle revendique pour tous les accueillants familiaux accueilant familial
accueillants familiaux
Agréés pour prendre en charge à leur domicile des personnes âgées ou handicapées adultes n’appartenant pas à leur propre famille, les accueillants familiaux proposent une alternative aux placements en établissements spécialisés.
une rémunération journalière de 6 heures par personne accueillie
ainsi que l’augmentation de l’indemnité de frais d’entretien versée aux accueillants pour la prise en charge de leurs hôtes.

Les médias en parlent : France3-regions, lobservateur.fr, leprogres.fr, europe1.fr, cnews.fr, lejsl.com... Nous pouvons même l’écouter sur francebleu.fr : "Ce sera la honte à nos gouvernements parce qu’ils auront ma mort sur leur conscience".

France 3 Hauts-de-France, 7 février 2022 : Thérèse Bauwens

Une semaine avant le début de sa grève de la faim, Thérèse Bauwens (qui fut adhérente de Famidac d’octobre 2017 à octobre 2018) demandait à notre association de soutenir son projet. Soutien que nos administrateurs lui ont refusé, pour plusieurs raisons - de forme et de fond :
- la grève de la faim est une forme de chantage qui ne peut se justifier que dans les circonstances les plus dramatiques et désespérées
- demander pour tous les accueillants familiaux une rémunération de 6 SMIC horaire par jour et par personne accueillie nous semble totalement déraisonnable :

  • notre rémunération journalière, actuellement fixée à un minimum de 2,5 SMIC horaire par jour, n’est pas plafonnée. Elle peut donc être bien plus élevé et négocié avec chaque personne accueillie, mais ceci dans les limites de ses ressources (personnelles + aides)
  • tous nos accueillis ne souffrent pas des mêmes pathologies ; en fonction de leur niveau de dépendance, des indemnités de sujétions particulières permettent déjà de majorer cette rémunération "de base" (dans la limite, certes illogique, de 1,46 SMIC horaire)

Famidac demande, tout comme Thérèse Bauwens, une augmentation (par décret) des montants minimum et maximum de l’indemnité de frais d’entretien, avec une fourchette plus réaliste de
- 2 à 4 MG/jour pour un accueil à temps partiel
- 4 à 7 MG/jour pour un accueil à temps complet.

Mais exiger de faire passer le minimum de rémunération journalière de 2,5 à 6 SMIC horaire/jour (y compris pour des accueils à temps partiel ?) nous semble excessif.

Pour être entendues, nos revendications doivent être logiques, réalistes et formulées avec un minimum de courtoisie... C’est ainsi que notre association a obtenu, depuis 1997, de nombreuses améliorations profitables aux accueillants comme aux personnes accueillies (voir ici).
Il nous reste encore, entre autres, des demandes en attente de réponse :

:-) Plus efficaces, des témoignages positifs

Notre Revue de presse de l’accueil familial recense des centaines d’articles et de reportages (en audio ou en vidéo) donnant une image positive des accueillants familiaux, en précisant les avantages - et les inconvénients - de notre profession.

Un exemple récent : au JT de 20h, le 8 février 2022, France 2 diffusait ce reportage tourné chez Sophie Balmassiere (adhérente de Famidac de 2013 à 2017) à revoir ici :

Une famille pour maison de retraite

"On est mieux que dans des Ehpad" : des familles d’accueil ouvrent leurs portes à des personnes âgées

Une famille pour maison de retraite
France 2 - JT de 20h, 8 février 2022

Chaque jour de nouveaux témoignages viennent ternir un peu plus l’image des Ehpad. Il existe des alternatives pour les personnes dépendantes, des familles proposent de les accueillir en pension. Reportage dans le Gard, où une aide-soignante s’est reconvertie en famille d’accueil famille d'accueil Terme désuet et imprécis
- désignant encore des assistants familiaux (accueillant des enfants ou des jeunes majeurs sous mesure de protection de l’enfance).
- remplacé, concernant l’accueil d’adultes âgés ou handicapés, par l’appellation accueillant familial ; "La personne ou le couple agréé est dénommé accueillant familial" (Loi n° 2002-73 du 17 janvier 2002, article 51).
.

Dans la famille Balmassière à Aigaliers (Gard), vivent trois grands-mères d’adoption. Éliane, 91 ans, Jacqueline, 88 ans, et Renée, 92 ans. Elles n’ont aucun lien de parenté avec leur famille d’accueil, mais c’est tout comme. Ici elles sont chouchoutées 7 jours sur 7, et entre de bonnes mains. Sophie Balmassière est aide-soignante, elle a travaillé vingt ans auprès de personnes âgées à l’hôpital, avant de décider, il y a douze ans, de les accueillir chez elle, en famille.

Pas d’emploi du temps imposé

Pour garder la bonne humeur à la maison, c’est une infirmière qui s’occupe des soins et des toilettes deux fois par jour. Et en famille d’accueil, il n’y a pas d’emploi du temps imposé. Travailler à domicile lui prend deux fois plus de temps que quand elle exerçait à l’hôpital, environ 15 heures par jour. Ménage, prise des rendez-vous médicaux, préparation des repas... Une présence de tous les instants qui lui a parfois coûté ses vacances. La relève est peut-être assurée par la fille unique de la famille. Depuis l’âge de cinq ans, Pauline a déjà vécu avec une vingtaine de grands-mères sous son toit.

Sophie évoque donc également des problèmes restant à résoudre... qui ne sont pas uniquement d’ordre financier.

:-) Un exemple à suivre et à mettre "sous le nez" de nos décideurs !

Épilogue (provisoire)

Par courrier du 28 février 2022, Mme Bourguignon, Ministre déléguée auprès du Ministre des Solidarités et de la Santé, chargée de l’Autonomie, s’est engagée à ce qu’une loi sur l’accueil familial Accueil familial Mode d’accueil alternatif au maintien à domicile et au placement en établissement spécialisé : les personnes handicapées ou âgées sont prises en charge au domicile de particuliers agréés et contrôlés par les conseils départementaux (ou par des établissements de santé mentale). soit examinée dans les meilleurs délais à l’issue des échéances électorales actuelles.

Le gouvernement n’a pourtant aucunement besoin d’une nouvelle loi pour revaloriser la rémunération des accueillants familiaux : il lui suffit d’appliquer enfin ce que prévoyait la loi de 2015 en publiant 2 simples décrets modifiant les articles D442-2 et D442-3 du CASF...

Mme Bauwens a interrompu sa grève de la faim le 14 mars 2022.

Rechute

22 juin 2022 : Thérèse Bauwens reprend sa grève de la faim car
Brigitte Bourguignon, alors ministre déléguée chargée de l’Autonomie (nommée le 20 mai dernier ministre de la Santé et de la Prévention)
« m’avait dit qu’il y aurait du concret avant le début de l’été. Mais depuis le 25 avril, c’est silence radio… » ; « moi, je respecte mon engagement. Comme je n’ai pas eu de retour, je relance ma grève le 22 », le lendemain du premier jour de l’été.
1er juillet 2022 : lire cet article de france3-regions


Vous pouvez également poster ci-dessous vos réactions et commentaires.