Famidac.fr

Famidac, l'association des accueillants familiaux
et de leurs partenaires

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF

Bulletins de paye

Comment déclarer et rétribuer l’accueillant familial et/ou son remplaçant ?
Son bulletin de salaire, très particulier, est en fait un "relevé mensuel des contreparties financières" basé sur les montants convenus lors de la signature de son contrat d’accueil.

Depuis janvier 2020

1) Le Décret n° 2019-613 rend obligatoire la déclaration via le CESU accueil familial.
2) Les accueillants familiaux accueilant familial
accueillants familiaux
Agréés pour prendre en charge à leur domicile des personnes âgées ou handicapées adultes n’appartenant pas à leur propre famille, les accueillants familiaux proposent une alternative aux placements en établissements spécialisés.
sont assujettis au prélèvement à la source de leur impôt sur le revenu. Seul le CESU est informé du taux d’imposition à leur appliquer et aucune tierce personne n’est habilitée à en avoir connaissance. C’est le Cesu qui calcule et prend en charge le prélèvement de l’impôt de l’accueillant sur le compte de la personne accueillie et son reversement à l’administration fiscale.

Pour rétribuer leurs accueillants, les personnes accueillies doivent donc utiliser le Cesu accueil familial.

Calculez le coût de votre accueil familial

Pour évaluer le coût de votre accueil familial Accueil familial Mode d’accueil alternatif au maintien à domicile et au placement en établissement spécialisé : les personnes handicapées ou âgées sont prises en charge au domicile de particuliers agréés et contrôlés par les conseils départementaux (ou par des établissements de santé mentale). , utilisez désormais le simulateur du CESU !

Si elle ne l’a pas déjà fait, la personne accueillie doit ouvrir un compte employeur sur le site du CESU. Cette formalité peut être accomplie avec l’aide de son représentant légal.

A) Chaque mois, elle se connecte à son compte en ligne pour déclarer le nombre de jours d’accueil assurés par l’accueillant et/ou son remplaçant ainsi que les montants de base indiqués dans son contrat d’accueil.
B) Le Cesu édite un Relevé mensuel des contreparties financières précisant, en bas à droite, le montant net à verser à l’accueillant et/ou à son remplaçant. Si l’accueillant n’est pas imposable, sa retenue à la source est, bien évidemment, de 0%.
C) Le Cesu prélèvera plus tard, sur le compte bancaire de la personne accueillie, les cotisations sociales ainsi que, s’il y a lieu, la retenue à la source.

:-O Ne rétribuez jamais l’accueillant avant d’avoir effectué ces formalités, indispensables pour connaître le montant net de charges sociales et fiscales à lui verser !

Chaque année, le Centre national Cesu met à disposition de l’accueilli une attestation lui permettant de bénéficier du crédit d’impôt accordé dans le cadre de l’accueil familial.

CESU, janvier 2020
:-O encore trop imprécis : à améliorer !

:-/ Le Cesu accueil familial souffre encore de plusieurs imprécisions et lacunes, que nous avons signalées aux organismes concernés - voir cet exemple de relevé.
En attendant la résolution de ces anomalies,

En cas de difficulté, vous pouvez poster un message public sur notre forum ou vous connecter à votre compte pour nous adresser confidentiellement (via votre "Communiquer avec Famidac") le relevé qui vous pose problème.

Pour bénéficier de notre assistance personnalisée (par courriel et/ou par téléphone), il vous suffit d’adhérer à Famidac.

Pour une aide détaillée, cliquez ici !

P.-S.

Décision du Conseil d’état, décembre 2017

Le 15 décembre 2017, le Conseil d’état précise que les articles L442-1 et D442-2 sont "sans incidence sur le mode de calcul de l’indemnité de congés payés". Il confirme ainsi qu’aucune disposition législative ou réglementaire ne permet d’exclure du droit à congés la partie de rémunération correspondant aux sujétions particulières.
Nous en restons donc au droit commun, à savoir qu’un droit à congés existe à partir du moment où est rémunérée une prestation de travail.

:-) Conclusion : quoi qu’en prétendent la DGCS et certains Départements, le calcul de l’indemnité de congés des accueillants relève bien du droit commun et doit correspondre au dixième de la rémunération brute totale perçue par le salarié. Toute heure travaillée (au titre de la rémunération et des sujétions) ouvre donc forcément droit à congés, qu’il s’agisse de la rémunération de l’accueillant(e) ou de ses remplaçant(e)s !

Depuis le 1er janvier 2017, les formulaires que nous mettons à la disposition de nos adhérents et des visiteurs du site majorent les sujétions particulières de 10% pour congés. Au cas où cette majoration pose des problèmes insurmontables (exemple : restrictions imposées par un Conseil Départemental), vous pouvez négocier une légère réduction du montant des sujétion particulières, pour aboutir au même résultat net (servez-vous de la ligne "Avec Congés" de notre convertisseur).

Si vous déclarez un accueillant familial sur le site du CESU, nous vous recommandons d’indiquer le total rémunération journalière + sujétions particulières dans la ligne "Accueil à temps complet" : les 10% de congés s’appliqueront au total de sa rémunération.

Si chaque Département participant au financement d’un accueil est en droit de vérifier que son coût total n’excède pas les montants prévus par son règlements de l’aide sociale, ceci ne l’autorise pas à contester les modes de calcul retenus par la personne accueillie ou son représentants légal.
L’application des congés sur les sujétions n’entraîne pourtant qu’un surcoût de 0,37 à 1.47€/jour, soit de 10,09 à 44.22€/mois.
N’hésitez pas à en débattre sur notre forum, sujet "Sujétions particulières 2017 en SMIC"...

Les adhérents de Famidac à jour de leur cotisation peuvent, en cas de difficultés, nous téléphoner ou nous écrire : dans le menu de gauche, cliquez sur le bouton puis sur le lien "Communiquer avec Famidac".