Italie : réponses familiales à des sujets souffrant de troubles psychiques

Gianfranco ALUFFI, psychologue,
coordinateur du service IESA -
Département de Santé Mentale 5B du Piémont (Italie)
Coopérativa Sociale Progest, Turin

Traduction : Frédérique CHADLI

Pages 80 à 86 (...) : commander la revue à : IPI - 50 rue Samson - 75013 PARIS - Tél. 01.45.89.17.17

> Extrait :

« Mauro et Giovanni ont déposé la machine à laver au milieu de la cour à l’ombre matinale du grand ficus, et à en juger par le tournevis qui dépasse de la poche de Mauro et par le regard sûr et professionnel de Giovanni, nous sommes face à une intervention délicate de réparation de la machine... dont l’issue est incertaine. En bruit de fond, la radio du cercle retransmet les notes d’un bellâtre de saison qui chante la mer, les plages et les jeunes filles généreuses de Miami, autant d’éléments qui, dans ce paysage accueillant, représentent bien l’ailleurs mais ne sont peut-être pas si intéressants. Au moins pour Mauro et Giovanni pour lesquels, à ce moment, le plus important est de réussir à réparer la machine à laver de Marisa… ».

Marisa est mariée avec Mauro depuis déjà vingt ans. Elle gère avec lui un cercle récréatif avec restauration rapide pour les gens de passage et les quelques habitants du village. Fabio, leur fils âgé de 16 ans, va à l’école et donne un coup de main au bar.

Giovanni vit chez eux depuis deux ans, après une succession de placements en cliniques et de séjours en services protégés pendant une dizaine d’années. Aîné de trois frères, fils de paysans, il est né et a grandi dans un petit village proche d’une grande ville. Après avoir obtenu un diplôme de mécanicien et effectué son service militaire, il a commencé comme ouvrier dans une grande usine métallurgique. Très vite, le fardeau du quotidien normal constitué, entre autres, de travail, de relations, d’émotions et d’affections s’est révélé trop pesant pour lui. Jusqu’à le conduire à alterner des périodes de forte dépression et de grande excitation.

En peu de temps, il est entré dans les catégories nosographiques de la psychiatrie en tant que patient atteint de « troubles bipolaires ». Comme tel, il a été soumis aux traitements prescrits par les médecins qui l’ont suivi pendant ces années-là. Les thérapies pharmacologiques ont donné lieu à des effets discontinus et pas toujours thérapeutiques. En conséquence, son affaiblissement psychique progressif a amoindri ses capacités à gérer le quotidien, et des difficultés relationnelles sont apparues.

Le niveau de souffrance s’est fait toujours plus insoutenable, le conduisant à intégrer des structures hospitalières. Les années passant, en raison du vieillissement de ses parents, de la maladie cardiaque contractée par sa mère et des obligations professionnelles et personnelles de ses frères, il ne lui a plus été possible de rentrer à la maison.

Il y a 3 ans, grâce au signalement d’un infirmier qui effectuait des visites périodiques, Giovanni est entré en contact avec le service local d’accueil familial Accueil familial Mode d’accueil alternatif au maintien à domicile et au placement en établissement spécialisé : les personnes handicapées ou âgées sont prises en charge au domicile de particuliers agréés et contrôlés par les conseils départementaux (ou par des établissements de santé mentale). . Sa vie a pris alors un autre tour, qu’il énonce en sortant du centre psychiatrique avec ses valises : « j’en ai fini de tracer des lignes inutiles sur des feuilles blanches ».

Aujourd’hui, inscrit dans le cercle familial de Marisa, Mauro et Fabio, plus personne ne lui demande de tracer des lignes selon lui inutiles. Quand il le souhaite, il peut s’occuper de machine à laver, de servir le café au bar, de soirées karaoké, de la nourriture des chiens et des chats, des fréquentations du cercle… Finalement, quelque chose de différent de la douloureuse monotonie de ses symptômes et de ceux des autres patients du centre psychiatrique, brièvement rompue par les cafés et les cigarettes ou par des propositions thérapeutiques dont la seule fonction consistait à lui faire passer le temps différemment qu’à l’ordinaire, mais toujours dans le même lieu aliénant.

Aujourd’hui, Giovanni se sent utile à quelque chose et à quelqu’un. Il a un espace d’identification très éloigné du rôle de patient psychiatrique qui l’a suivi pendant dix années passées en institutions. Il gère librement son argent, et s’est offert une prothèse dentaire. Il a construit, à son rythme, de profondes relations avec sa nouvelle famille et avec des voisins et des habitués du cercle. Bien qu’il habite à quatre-vingts kilomètres de sa propre famille, il a renoué des relations avec elle, et s’y rend en visite ou reçoit ses parents.

Sur le plan de la symptomatologie, les insomnies et les épisodes maniaco-dépressifs, ainsi que les prescriptions médicamenteuses s’y rapportant, sont désormais un mauvais souvenir. Il est très content de sa vie actuelle, et ne retournerait en arrière pour rien au monde.

Marisa, Mauro et Fabio, chacun avec des perspectives et des rôles différents, ont tissé des relations de qualité avec lui, favorisant ainsi son insertion effective dans le tissu social local et son parcours de réhabilitation.

« L’ombre du grand ficus est arrivée à son minimum quotidien, et depuis déjà une demi-heure la machine à laver pose seule dans un tableau qui attire l’œil comme une erreur de la nature au milieu des splendides teintes de la pleine lumière naturelle. Nos deux réparateurs ne s’avouent pas vaincus et, mastiquant leur salade fraîche dans la cuisine du cercle, ils continuent à spéculer sur les symétriques et optimistes variantes du destin, désormais indubitablement artistique, de la machine à laver dont le tambour ne tourne plus.
Marisa, qui ne comprend rien à la technologie des machines à laver, mais qui semble avoir les idées claires sur le devenir de son ex-fidèle machine, salue affectueusement les deux hommes et se dirige vers le bus qui l’emmène en ville, comme presque tous les mercredis, pour son bain de mondanités, de dépenses et de lèche-vitrines. Elle ne le dit pas aux deux rassurants bricoleurs, mais elle sait déjà qu’elle passera au magasin d’électroménager pour s’informer sur les prix des nouveaux modèles. La dernière machine à laver, celle qui ne fonctionne plus depuis quelques jours, lui avait coûté environ cinquante euros il y a bien vingt ans ».

(...)

L’insertion en famille d’accueil se répartit en trois catégories : à court, à moyen et à long terme.

À court terme, l’intervention est focalisée sur la période de crise qui touche le patient ou son environnement. La durée de placement varie de quelques jours à un ou deux mois selon qu’il s’agit de faire face à une acutie symptomatologique ou à un simple besoin de décontextualisation. Parfois, des personnes sont hospitalisées en psychiatrie alors que leur état ne présente pas de caractéristiques propres à justifier une telle orientation. Le motif du recours à l’hospitalisation relève objectivement de la faiblesse ou même de la crise du système dans lequel vit le patient, lesquelles se répercutent ponctuellement sur le plus fragile, autrement dit le bouc-émissaire.

Actuellement, très peu d’expériences d’accueil familial à court terme sont opérantes. Les plus significatives sont le « Crisis Home Programm » du comté de Dane aux États-Unis créé en 1987, les « Crisis Farm » éparpillées sur le territoire piémontais et gérées par la coopérative sociale « Alice nello specchio » de Turin, et une expérience lilloise. Depuis quelques mois, en collaboration avec l’Université de Turin et la coopérative sociale « Progest », nous travaillons aussi à un projet d’accueil familial à court terme et à temps partiel qui viendrait compléter l’accueil familial à moyen et à long terme existant depuis 1999.

La particularité de ce type d’interventions réside dans le processus de décontextualisation environnementale souvent très utile pour surmonter les moments difficiles. Réaliser le placement dans un cadre familial et familier, et non dans un cadre hospitalier, facilite et rend moins dramatique la période de crise.

(...)

À moyen terme, l’intervention consiste en une phase utilitaire dans l’objectif d’une réhabilitation. On présume que le sujet est capable, en moins de deux ans, de retrouver une autonomie suffisante pour vivre dans un logement protégé ou dans sa propre maison. Ces programmes s’adressent à des personnes jeunes et employées dans des activités professionnelles de réinsertion, ou réhabilitées dans ou en dehors des circuits psychiatriques.

Cette formule demande un travail de synergie entre les agences, c’est-à-dire entre les diverses équipes du département de santé mentale sur le territoire : par exemple, assistants sociaux, psychiatres, groupes thérapeutiques que le patient continue à fréquenter.... Elle se pose en alternative aux structures fermées dans lesquelles la réhabilitation est souvent compromise, ne serait-ce qu’au niveau structurel.

Avec l’accueil familial à moyen terme, le sujet expérimente des relations sociales « normales » et s’émancipe de son rôle de patient. La famille d’accueil joue le rôle de nid protecteur lors des phases critiques du parcours d’autonomisation. Son travail exige une grande souplesse afin de moduler le niveau de protection assurée en fonction des besoins de l’accueilli. En ce sens, l’intervenant du IESA assume un rôle déterminant de soutien et de supervision quant à la dynamique de la relation famille d’accueil – accueilli.

L’accueil familial à long terme est d’une durée supérieure à deux ans. Il vise davantage des personnes dont l’âge, les difficultés psychiques et physiques et les besoins d’assistance, ne permettent pas d’envisager le retour à la société dans un lieu moins protégé. Or, les familles d’accueil se révèlent parfois des espaces dans lesquels une fonction significative s’acquiert à nouveau : des personnes âgées retrouvent le rôle de grands-parents « adoptifs » avec tous les effets affectifs et relationnels ainsi engendrés, d’autres récupèrent sur le plan social et sur celui des gestes du quotidien. De telles relations sont préservées jusqu’au décès de la personne afin de lui éviter d’inopportunes et dommageables, voire de fatales successions d’hospitalisations.

Ces dernières années, l’intérêt pour l’insertion en famille d’accueil s’est développé, en particulier dans les services psychiatriques et gériatriques. On doit ce développement à l’efficacité thérapeutico-réhabilitative offerte à moindre coût. Pourtant, l’expérience nous enseigne qu’un accueil familial fondé sur la seule dimension économique est une mauvaise solution, et que cette pratique exige une grande vigilance quant à la sélection et à la formation des futurs accueillants. C’est en fait la compétence de l’intervenant qui rend possible l’alchimie transformant le social, de lieu d’exclusions, en espace thérapeutique.

(...)

Le service IESA est composé d’un coordinateur et d’un nombre d’intervenants variant selon le nombre d’accueils familiaux suivis, sur la base d’un intervenant pour dix accueillis. L’équipe doit, par ailleurs, compter sur l’indispensable instrument de supervision hebdomadaire des dynamiques relationnelles familiales. Concernant l’activité ambulatoire des infirmiers ou éducateurs auprès de l’accueilli, elle est progressivement reprise par l’intervenant IESA chargé de l’accueilli et de la famille d’accueil pour toute la durée de leur cohabitation. L’accueilli peut continuer à bénéficier de structures (telles que le centre de jour, l’intervention des assistants sociaux départementaux et autres) qui travaillent en synergie avec le coordinateur et l’intervenant du IESA tout comme les services territoriaux, psychiatriques ou non.

Les familles, après avoir suivi le parcours de sélection et de formation, sont rentrées dans une banque de données dans laquelle elles peuvent rester longtemps, parfois plus de deux ans, avant d’accueillir un patient. Cette longue période d’attente s’inscrit dans la philosophie du IESA qui tend à éviter la systématisation pour privilégier la « bonne famille » pour le « bon patient » afin de favoriser une « bonne cohabitation ».

Il arrive que cette période d’attente se transforme en désistement pour des familles dont les conditions de vie ont évolué, les rendant moins favorables à l’accueil à domicile.

Les motivations des candidats sont fortement déterminées par un besoin d’intégration économique. Il est rare d’avoir affaire à des familles d’accueil en grandes difficultés financières même si, ces derniers temps, on constate une augmentation de l’intérêt de familles au chômage, sans chambre pour le patient, voire sans autorisation de séjour sur le territoire. L’existence d’une chambre à usage exclusif de l’accueilli étant la condition sine qua non pour poser sa candidature, nous sommes amenés à cesser le travail de sélection de familles qui présentent pourtant de bonnes dispositions si elles ne peuvent répondre à ce critère.

(...)

Au vu des écrits scientifiques, de notre expérience et des échanges avec les autres services d’accueil familial existants, et au-delà de la dimension économique retenue par l’administration, le IESA se distingue des autres modes de placements psychiatriques par la meilleure qualité de vie offerte. L’accueil familial est une solution transitoire, basée sur une assistance permanente et non-professionnelle, en vue d’un parcours ultérieur non institutionnalisé.

Il a en outre été constaté que les comportements asociaux du patient diminuent et que ses capacités relationnelles s’améliorent. Le bon « monitorage » et la réduction conséquente des doses de médicaments atténuent la symptomatologie, diminuent les rechutes, et favorisent l’intégration de handicapés psychiques dans la société avec réduction de la stigmatisation et des préjugés.

Sur un autre plan, l’application du programme IESA à grande échelle aurait un effet positif sur le niveau économique de familles et de célibataires. De plus, il répond véritablement aux objectifs de la loi Basaglia (n° 180 ; 1978) qui préconisait la fermeture des institutions asilaires et confiait aux services territoriaux le devoir de trouver des solutions pour garantir aux patients déshospitalisés un hébergement et un mode de vie à valeur thérapeutique et réhabilitative.

« Il est 19 heures 15. Marisa est rentrée depuis une demi-heure, accompagnée de Fabio, et prépare le dîner. Giovanni discute de retraites avec deux voisins en tricot de corps. Mauro se repose sous le treillage en se balançant dans le hamac au rythme d’un paresseux attendant de dîner. Les géraniums de Marisa s’étalent aux derniers rayons du soleil dans un cache-pot cylindrique chromé : le digne et mérité repos de l’âme d’une machine à laver, fatiguée de tourner sur elle-même… ».

Dernière mise à jour : jeudi 21 avril 2011

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui mesurent la fréquentation de ce site et vous permettent de le partager sur les réseaux sociaux.

Association Famidac © 1998-2016. Reproductions partielles autorisées avec la mention "Source : famidac.fr"
Qui sommes-nous ? | Adhésion | Merci de nous signaler toute erreur ou anomalie | Site réalisé avec SPIP

11 visiteurs (dont 6 sur le forum)

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui mesurent la fréquentation de ce site et vous permettent de le partager sur les réseaux sociaux.

Association Famidac © 1998-2016. Reproductions partielles autorisées avec la mention "Source : famidac.fr"
Qui sommes-nous ? | Adhésion | Merci de nous signaler toute erreur ou anomalie | Site réalisé avec SPIP