Solutions pour une démarche de qualité

Anita ROSSI, infirmière - Service Évaluation et Conseil Techniques Adultes, Conseil Général de l’Yonne (extraits)

Pages 12 à 16 (...) : commander la revue à : IPI - 50 rue Samson - 75013 PARIS - Tél. 01.45.89.17.17

> page 14 :

Contrôle et suivi

Les infirmières n’interviennent que dans le cadre du suivi, sur la base de la confiance. Suivi et contrôle sont différenciés, mais il est évident que nous exerçons une certaine surveillance et que nous agissons, soit tout de suite, soit en passant le relais au médecin.

Le cas échéant, le contrôle est réalisé par le médecin du service. Il intervient quand le suivi n’est plus possible (agressivité, perte de confiance de la personne agréée, tension...).

Lors du suivi, qui est en fait de la « formation sur le terrain », nous essayons de former les nouvelles familles d’accueil à la qualité. Le mot est employé régulièrement lors des visites, ce qui permet de valoriser leur travail à domicile.

Il reste encore d’anciennes familles « nourricières » avec lesquelles nous parlons de qualité mais elles ont quelques difficultés à comprendre pourquoi cette notion est abordée aujourd’hui. Il est important de ne pas dévaloriser, ni de remettre en question leur savoir-faire mais d’affiner et d’améliorer encore plus leur travail. Sur le long terme, nous y sommes parvenues.

LES AXES DE LA « FORMATION SUR LE TERRAIN »

L’accueil : préparation de qualité

Un placement bien préparé est généralement un placement réussi :

  • le futur accueilli commence par visiter la famille d’accueil. S’il ne peut se déplacer, l’infirmière et l’accueillant se rendent à son domicile. Une évaluation (médicale, de dépendance, et d’identification de la personne) est alors menée. Les documents sont lus pour préparer au mieux l’accueil. Puis, le futur accueilli se voit proposer de passer une journée ou un week-end d’essai chez l’accueillant pour faire connaissance et s’approprier l’environnement ;
  • le jour de l’arrivée, j’insiste pour qu’un bouquet de fleurs, un panier garni, se trouvent dans la chambre avec un petit mot de bienvenue.

Des repères sont donnés s’il n’y a pas eu de visite auparavant : visite de la maison, du village, orientation de la chambre, habitudes de vie de la famille d’accueil, présentation du médecin et des autres intervenants. C’est donc dans un climat familial, convivial et détendu que les accueillis prennent contact avec leur nouveau lieu de vie.

La famille d’accueil, grâce à la grille d’évaluation, saura être à l’écoute de l’accueilli, l’installer dans sa chambre avec ses meubles s’il le désire, discuter de ses habitudes... La relation se crée peu à peu. Avec un accueil de qualité, le nouvel accueilli se sentira rassuré.

Le projet de vie

Pour J.L. Bascoul, « le projet de vie ne consiste pas à être bien dans la famille, mais à accompagner les personnes âgées jusqu’à la fin de leur vie, en y trouvant du plaisir ». Un projet de vie est élaboré, après quelques jours, afin de cerner les difficultés de l’accueilli, et de définir un objectif pour une meilleure prise en charge.

Ce projet est très important, surtout pour les adultes handicapés dont les potentiels d’autonomie sont à exploiter, (habillage, toilette, aide au repas, réfection de leur chambre, activité dans un foyer spécialisé…).

(...) > page 16 :

La formation

Dans le cadre de la formation continue, nous avons mis en place trois propositions :

  • une formation de base organisée par le Comité Régional des Institutions par la Formation des Aides à Domicile dont les objectifs sont de mieux connaître la personne âgée, comprendre ce qu’est la dépendance, prévenir la maltraitance, commencer une démarche professionnelle en apprenant à instaurer une distance dans l’exercice de sa fonction, stimuler les besoins de connaissance et de savoir. Les modules de formation sont validés dans la perspective d’une certification CAFAD ou AMP ;
  • un stage d’une semaine en établissement avec le même rapport de stage que pour les nouvelles familles d’accueil ;
  • des groupes de parole animés par un directeur d’établissement ayant une qualification de formateur. Ils portent sur l’accueil familial (limites, responsabilités, cessation d’activité, projet d’accueil, projet personnalisé, projet de vie) ou encore le décès en famille d’accueil (accompagnement, conséquences sur le vécu).

LES PROJETS EN COURS

Nous avons prévu de poursuivre dans cette voie de la qualité, avec notamment :

  • la réalisation d’une plaquette d’accueil afin de présenter la famille d’accueil, son cadre d’habitation et sa situation ;
  • un relais avec d’autres familles d’accueil, un établissement ou encore une personne remplaçante dans le cadre des congés de familles d’accueil. Trois familles d’accueil y ont déjà eu recours car elles ressentaient le besoin de vacances et de séparation avec les accueillis. Le but est d’étendre ce système à l’ensemble des familles d’accueil et de démontrer que, pour la continuité d’un accueil de qualité, une coupure est nécessaire pour tout le monde.
  • un grille d’évaluation tri-annuelle sur la qualité de vie et de l’accueil.
Dernière mise à jour : mardi 19 avril 2011

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui mesurent la fréquentation de ce site et vous permettent de le partager sur les réseaux sociaux.

Association Famidac © 1998-2016. Reproductions partielles autorisées avec la mention "Source : famidac.fr"
Qui sommes-nous ? | Adhésion | Merci de nous signaler toute erreur ou anomalie | Site réalisé avec SPIP

8 visiteurs (dont 6 sur le forum)

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui mesurent la fréquentation de ce site et vous permettent de le partager sur les réseaux sociaux.

Association Famidac © 1998-2016. Reproductions partielles autorisées avec la mention "Source : famidac.fr"
Qui sommes-nous ? | Adhésion | Merci de nous signaler toute erreur ou anomalie | Site réalisé avec SPIP